Écrans, sédentarité et jeunes enfants

*

Écrans, sédentarité et jeunes enfants dans Le coin du chercheur

*

Les écrans et les jeunes enfants…

Un sujet tellement actuel et si délicat à aborder ! (Mais, les sujets difficiles, non consensuels, ça me connaît !  ;) )

Pourtant, quand on a compris le rôle de la proprioception et du système des neurones miroirs, on ne peut que s’interroger sur l’impact de nos nouveaux modes de vie (sédentarité, écrans,etc.) sur le développement des jeunes enfants…

*

proprioception mouvement

*

Comment les petits enfants développent-ils leur système proprioceptif ? C’est très simple : en bougeant ! Voilà pourquoi les enfants BOUGENT TOUT LE TEMPS ! Et voilà pourquoi il est essentiel de les laisser faire et même de les encourager à bouger ! En effet, le système proprioceptif est à la base de la construction de notre schéma corporel, cette représentation que nous avons tous de notre propre corps, de sa forme, de son volume, de la place qu’il occupe dans l’espace.

J’ai largement développé, sur ce blog, le lien fait par des chercheurs et médecins entre dysproprioception et certains troubles des apprentissages. Alors, ayant connaissance de ces éléments, je m’interroge : quel peut être l’impact de nos nouveaux modes de vie sur le développement des jeunes enfants ?

*

neurones miroirs

*

Nous possédons des neurones miroirs qui sont des neurones moteurs particuliers et dont la caractéristique principale est de s’activer non seulement lorsque nous exécutons une action mais aussi quand nous l’observons chez l’autre. D’où l’idée que le rôle de ces neurones serait de « simuler » intérieurement le geste réalisé par autrui. Or, la simulation opérée par cette catégorie si particulière de neurones moteurs se fait en utilisant les informations que leur procurent les systèmes sensoriels : la vision, l’audition et  la proprioception. De là vient la notion, qui a à présent supplanté celle de neurones miroirs, de « système des neurones miroirs ». Cette implication de notre propre système moteur, alors qu’on observe l’ action réalisée par une autre personne, nous permet d’accéder à la signification de cette action*.

*

Quel est le rôle fonctionnel des neurones miroirs ? [...] Leur propriété est de constituer un mécanisme qui projette une description de l’action, élaborée dans les aires visuelles complexes, vers les zones motrices. [...]

Une de leurs fonctions essentielles est la compréhension de l’action. Il peut paraître bizarre que, pour reconnaître ce que l’autre est en train de faire, on doive activer son propre système moteur. En fait, ce n’est pas tellement surprenant. Car la seule observation visuelle, sans implication du système moteur, ne donne qu’une description des aspects visibles du mouvement, sans informer sur ce que signifie réellement cette action. Cette information ne peut être obtenue que si l’action observée est transcrite dans le  système moteur de l’observateur. L’activation du circuit miroir est ainsi essentielle pour donner à l’observateur une compréhension réelle et expérientielle de l’action qu’il voit (Rizzolatti, 2006)

*

Ce système des neurones miroirs nous donne une compréhension réelle du mouvement de l’autre. Il nous permet non seulement d’observer les actions, mais aussi de prendre conscience de ce que la personne fait et pourquoi elle le fait. Le système des neurones miroirs crée un lien direct entre l’émetteur du message et le receveur : le geste ou l’action est comprise grâce au mécanisme de reflet.

Néanmoins, une condition indispensable pour que cela fonctionne est d’avoir déjà présent dans notre répertoire moteur (notre gigantesque médiathèque interne de capacités d’action) l’acte simple à reproduire. Cette représentation motrice peut exister dès la naissance, car il existe des Patterns moteurs préexistants.

Cependant, lactivité du système des neurones miroirs est étroitement corrélé à notre degré d’habileté ; plus nous maîtrisons une action, plus notre système miroir s’active lorsque nous l’observons chez quelqu’un d’autre. D’où l’importance de la pratique. L’observation visuelle n’est pas suffisante. Il faut voir et agir.

Observer puis reproduire, imiter pour apprendre, telle semble être la base du développement du petit enfant.

Ainsi, plus un jeune enfant aura répété une action motrice et mieux il sera capable d’en décoder la signification chez autrui. D’où l’importance de l’encourager à bouger, à stimuler sa proprioception… (Ce qu’il ne fera pas en restant passivement devant un écran durant de longues heures).

*

 Neurones miroirs dans Neurosciences

*

Par ailleurs, des chercheurs (Giacomo Rizzolati, directeur de l’Université de neurosciences à l’Université de Parme et Corrado Sinigaglia, Professeur de philosophie des sciences à l’Université de Milan) défendent la théorie selon laquelle les neurones miroirs seraient également impliqués dans l’apprentissage de la langue et s’appuient sur lhypothèse motrice du langage (quand on émet des sons, on fait des mouvements de gorge, de bouche, etc). Le langage verbal serait une évolution du langage gestuel, nettement plus ancien.

La perception de la parole produirait automatiquement une représentation motrice des gestes articulatoires perçus. L’auditeur comprendrait le locuteur grâce à l’activation de représentations motrices articulatoires lors de l’écoute des sons de la parole.

Le bébé observe les gestes oro-faciaux de la personne qui lui parle, tente de les reproduire en s’appuyant sur un répertoire commun d’actions primitives motrices permettant de générer des gestes oro­‐faciaux. Il apprend ainsi, petit à petit, par l’expérience répétée, à réaliser les mêmes gestes et à parler.

Pour illustrer cette théorie, je vous propose de visionner cette très jolie vidéo de l’émission « La maison des Maternelles », montrant un échange entre une maman et son bébé. Le bébé dévore sa maman du regard et met toute son énergie à essayer de communiquer avec elle (Clic sur l’image) :

« L’attention des adultes rend les bébés attentifs aux autres. »

*

Image de prévisualisation YouTube

*

*

Pour le contraste, je vous joins cette photo provenant d’un article du Figaro, que je vous invite d’ailleurs à lire (Clic sur l’image)

*

porte smartphone biberon

*

Enfin, pour alimenter encore la réflexion, je vous invite à visionner cette vidéo de l’expérience du visage impassible, commentée par le Dr Edward Tronick , directeur de l’Unité du développement de l’enfant de l’ Université d’Harvard (en anglais, mais vous pouvez avoir une traduction en cliquant sur l’icône « sous -titres » en bas, à droite, en visionnant la vidéo sur Youtube):

*

Image de prévisualisation YouTube

*

*

Voilà, je suis maman d’un enfant dysproprioceptif, dysproprioceptive moi-même et ayant grandi à une époque où les écrans étaient rares, je ne suis ni médecin, ni chercheuse. Je n’ai aucune qualification qui puisse me permettre de tirer des conclusions sur les conséquences d’une surexposition aux écrans, d’une vie trop sédentaire où jouer dehors, marcher pour se rendre à l’école, etc., deviennent des activités de plus en plus rares. Je ne suis pas qualifiée pour donner des conseils, ni pour asséner des leçons de morale.

Mais, toutes mes recherches personnelles sur le rôle de la proprioception et du système des neurones miroirs m’amènent à me questionner sur l’évolution de nos modes de vie et son impact sur le développement des jeunes enfants (Et si je peux vous amener à partager mon questionnement, cet article aura atteint son but :) ).

C’est pourquoi je souhaite vous faire connaître ces deux affiches réalisées par une graphiste et illustratrice, Bougribouillons, en collaboration avec une orthophoniste. Si vous souhaitez vous les procurer, vous trouverez des informations sur le blog de l’illustratrice : ICI

 

*

affiche_ecran1_web_570px Neurosciences dans Proprioception

*

affiche_ecran2_web_570px proprioception dans SDP/dysproprioception

************

Note 1 : La première photo est issue du site Santé log

Note * : Des études récentes semblent aussi montrer que c’est parce que nous reproduisons avec nos muscles, de manière imperceptible, le mouvement observé -donc, grâce à ce feedback proprioceptif- que nous arrivons à comprendre les mouvements et expressions d’autrui.

Sources des informations sur les neurones miroirs  :

LES SYSTÈMES DE NEURONES MIROIRS  Giacomo RIZZOLATTI, Département des Neurosciences Section de Physiologie Université de Parme (Italie)

NEURONES MIROIRS,  Pr F.HERAUT, Neurophysiologiste

Tango et neurones miroirs : les vertus mystérieuses du tango dévoilées par les neurosciences par Michel Habib,neurologue

D’un miroir l’autre. Fonction posturale et neurones miroirs

Les neurones miroirs : rôle et utilité

La perception de la parole, Théorie des neurones-miroirs

Neurones-miroirs, corps et langage

Et, pour finir, voici une petite vidéo de vulgarisation scientifique réalisée par l’INSERM, sur les neurones miroirs :

Image de prévisualisation YouTube

 

*



Lire un bon roman modifierait biologiquement le cerveau

*

lecture1

*

Voici une étude amusante qui prouve, une fois de plus, que le cerveau se modifie sous l’effet d’un apprentissage, d’une activité. Selon une expérimentation rapportée dans la revue Brain Connectivity, par une équipe de chercheurs de l’Université d’Emory aux Etats-Unis,  la lecture d’un roman entrainerait des modifications importantes au niveau cérébral.

*
Voici un extrait de l’ article du site Maxisciences sur le sujet :
*
Plus de connexions neuronales
*
Pendant 19 jours consécutifs, les cerveaux des candidats ont été observés à l’aide d’IRM. Les cinq premiers jours, l’imagerie cérébrale était réalisée pendant qu’ils étaient au repos. Les neuf jours suivant, ils ont été amenés à lire neuf passages de 30 pages de Pompeii, de Robert Harris un texte qui combine des événements fictifs et dramatiques. Dans ce roman, le personnage principal éloigné de Pompéi, découvre les fumées qui se dégagent du volcan et « tente de revenir à Pompéi à temps, pour sauver la femme qu’il aime ». « Cela raconte de vrais évènements d’une façon fictionnelle et dramatique. Il était important pour nous que le livre ait une trame narrative forte », souligne le Pr Berns. Un questionnaire suivait les lectures pour s’assurer que les participants avaient lu correctement, puis ils subissaient une nouvelle séance d’IRM. Une fois toutes les observations cérébrales réalisées et collectées, les chercheurs ont comparé les résultats. Au cours des matinées qui ont suivi la séance de lecture, ils ont ainsi constaté une augmentation du nombre de connexions neuronales dans la région du cortex temporal gauche. Une aire associée à la réceptivité de la langue. De même, une connectivité accrue a été observée au niveau de la région du cerveau associée à des représentations sensorielles venant du corps. Mais ces augmentations n’étaient pas que ponctuelles.
*
Un changement durable
*
« Même si les participants ne lisaient pas le roman, quand ils étaient face au scanner, ils ont conservé cette connectivité accrue. Nous appelons cela une “activité de l’ombre”, presque comme une mémoire musculaire« , indique le Professeur Berns. Cette persistance s’est même prolongée cinq jours après la lecture du roman, selon les chercheurs. Ceci prouve que les effets de la lecture s’inscrivent dans une certaine durée. « Les changements neuronaux que nous avons trouvé sont associés aux systèmes des sensations physiques et des mouvements, ils suggèrent que lire un roman peut vous transporter dans le corps du protagoniste. Nous savions déjà que les bonnes histoires pouvaient vous faire prendre la place de quelqu’un au sens figuré. Aujourd’hui, nous voyons que quelque chose peut aussi se produire biologiquement », commente le Pr Berns. Par ailleurs, l’effet s’est prolongé cinq jours après la lecture du roman. « Il reste la question toujours ouverte, de savoir si ces changements pourraient durer encore davantage. Mais le fait que nous les détections durant quelques jours, à partir de passages pris au hasard, suggère que nos livres pourraient avoir un effet plus important et durable sur la biologie de notre cerveau ».
*

***********
*
penseur rodin
*
*

Ce qui est à noter et qui est quand même extraordinaire quand on y pense, c’est que le seul fait de lire des scènes de haute intensité dramatique et d’action est à l’origine de changements neuronaux :

 » une connectivité accrue a été observée au niveau de la région du cerveau associée à des représentations sensorielles venant du corps. »

« Les changements neuronaux que nous avons trouvés sont associés aux systèmes des sensations physiques et des mouvements, ils suggèrent que lire un roman peut vous transporter dans le corps du protagoniste. « 

 

« Presque comme une mémoire musculaire » : tout est là, tout est dit. Et nous touchons du doigt la puissance du rôle cognitif de la proprioception !

*

Ce sont les neurones moteurs  (cellule nerveuse qui est directement connectée à un muscle et commande sa contraction) qui permettent au cerveau d’ordonner au corps tous les gestes dont celui-ci est capable. À chaque geste, chaque action, comme se lever, tourner la tête ou claquer des doigts par exemple, correspond donc un ensemble de neurones spécialisés.

Le professeur JP Roll a démontré que toute nos actions motrices laissent une trace dans notre cerveau, sous formes de connexions neuronales, au point qu’il a pu constituer une véritable « neurothèque » où sont conservées les signatures sensorielles d’actions diverses de forme et de taille différentes et réalisées à des vitesses variées (Il lui suffit ensuite de stimuler les capteurs proprioceptifs des tendons musculaires avec des vibrations pour donner au sujet la sensation illusoire de ces actions). Nous sommes là au cœur de la plasticité cérébrale.

Il existe une classe particulière de neurones moteurs, les neurones miroirs, qui possèdent la surprenante vertu de fabriquer dans le cerveau de celui qui regarde, l’image du mouvement de celui qui est en train de l’exécuter. Or, des études récentes semblent montrer que c’est parce que nous reproduisons avec nos muscles, de manière presque imperceptible, le mouvement observé (grâce donc à ce feedback proprioceptif) que nous arrivons à analyser les mouvements et expressions d’autrui.

Ce qui est finalement le plus surprenant dans cette étude sur la lecture, c’est que ce n’est pas la vision du mouvement d’autrui (et le feedback proprioceptif qu’elle entraîne), qui simule l’action dans notre cerveau au point de provoquer des changements neuronaux liés aux sensations physiques du mouvement, c’est le seul fait de l’imaginer !

Néanmoins, ça n’a rien de surprenant au vu des découvertes récentes sur la proprioception, comme nous le montre cette étude, rapportée dans Science et vie:

*

Difficile à croire mais, oui, il est possible de stimuler ses muscles par la seule pensée et donc de les faire travailler !

Pour preuve, en 2014, une équipe de l’université de l’Ohio a plâtré l’avant-bras de 29 personnes cobayes (non sportives) avant de les séparer en deux groupes. Les premiers devaient s’imaginer qu’ils contractaient leurs muscles pendant cinq secondes, quatre fois de suite, suivi d’une minute de repos. Le tout répété 13 fois durant une séance et cela cinq jours sur sept durant un mois. Les seconds n’avaient aucune consigne

A la fin du mois, le premier groupe avait perdu 24 % de sa force dans l’avant-bras alors que, dans l’autre, le déclin était de 45 % !

Le sens proprioceptif en action

L’explication, on s’en doute, est neurologique. Le fait de penser faire du sport stimule les cortex prémoteur et moteur qui contrôlent le sens proprioceptif (perception, consciente ou non, de la position de nos membres dans l’espace). La pensée active ainsi les récepteurs proprioceptifs et de fait excite les muscles qui se contractent (légèrement) sans aucune action physique.

 *

C’est fou quand y pense ! Fascinante proprioception !

*
*



Archives pour la catégorie Proprioception

Fascias, thérapies manuelles et dysproprioception

*

fascias

*

Depuis quelques années, le mot fascia est de plus en plus employé parmi les professionnels de la santé. Les fascias (aussi appelé tissus conjonctifs) représentent l’ensemble des tissus qui enveloppent la majorité des structures du corps : muscles, nerf, os, vaisseaux sanguins, cerveau. Les fascias séparent et en même temps connectent toutes ces structures entre elles. Au niveau musculaire, chaque fibre est enveloppée par des fascias. Grâce aux recherches effectuées sur les animaux, nous savons que les propriétés élastiques des fibres myofasciales participent aux contractions musculaires en les assistant, soutenant et coordonnant (Schleip, 2012). De plus, les fascias des muscles auraient une fonction protectrice en limitant l’élongation des fibres musculaires endommagées.

Il me paraît donc évident qu’il existe un lien entre les fascias et la proprioception qui repose sur des capteurs situés dans les muscles, les articulations, etc. En modifiant expérimentalement la proprioception par l’utilisation de vibrations à haute fréquence et faible amplitude, les chercheurs  ont mis en évidence l’existence de véritables chaînes proprioceptives agissant ensembles pour donner une information spatiale ou modifier la posture (J.P. et R. Roll). Ces chaînes proprioceptives partent des muscles des yeux et vont jusqu’aux pieds (et inversement). Les fascias permettent donc de comprendre comment les tensions musculaires se transmettent de groupe en groupe.

Les fascias étant constitués de fibres de collagène, on imagine aussi quel peut être leur rôle dans le Syndrôme d’Ehlers Danlos Hypermobile qui se caractérise par une hyperlaxicité des tissus conjonctifs. La découverte de ce tissu corporel particulier permet de comprendre l’effet des habits de compression sur la propioception via les fascias,  dans cette pathologie.

Enfin,  les thérapies manuelles (ostéopathie, acupuncture, kinésithérapie, etc.) ont un substrat reconnu scientifiquement dorénavant, au travers des fascias.

Je vous propose donc de visionner, dans un premier temps, une émission d’Arte traitant de ce sujet fascinant :

*

Gros plan sur notre tissu fascial, qui entoure à la manière d’un bandage à la fois dense et irrégulier les éléments composant notre corps : nos organes, nos muscles, nos os. Cet organe méconnu et vital suscite parmi les chercheurs en médecine un intérêt et un espoir croissants.

Cela fait plus de trente ans que la fasciathérapie a fait son apparition en Occident parmi les médecines douces, mais jusqu’à récemment, c’est dans la discrétion que ses praticiens et patients exploraient un continent largement ignoré du grand public. Depuis une dizaine d’années, le tissu fascial, qui entoure à la manière d’un bandage à la fois dense et irrégulier les éléments composant notre corps (nos organes, nos muscles, nos os), mobilise un nombre croissant de recherches. Encore largement mystérieux pour la science, ce gigantesque réseau de fibres blanchâtres, qui relie toutes ces parties et, surtout, leur permet de fonctionner ensemble, commence à dévoiler une partie de ses pouvoirs grâce aux études de plusieurs pionniers interrogés ici, anatomistes et médecins, notamment.
Visibles à l’échographie, sensibles à l’acupuncture et à la pression manuelle, facilement endommagés par le stress et l’inaction physique, les fascias pourraient en effet se révéler l’origine méconnue de nombreuses pathologies, [...]

*

Image de prévisualisation YouTube

*

Voici aussi une autre Emission d’ARTE sur les facias, où le lien entre facias et proprioception est clairement évoqué :)   :

*

Les fascias sont partout sous notre épiderme, ils enveloppent nos muscles, nos organes et nos glandes. En médecine, ces membranes composées de tissu conjonctif ont longtemps été considérées comme une enveloppe sans autre fonction particulière. Mais il semblerait que les fascias soient plus importants pour notre santé que ce que nous avons supposé jusqu’à présent.

*

Image de prévisualisation YouTube

*

*****

Depuis maintenant quatre ans que Marc suit un traitement proprioceptif, il est arrivé plusieurs fois qu’il se dérègle suite à un blocage ostéopathique qui empêchait le bon fonctionnement des capteurs oculaires, oraux ou plantaires. Il fallait alors se rendre chez l’ostéopathe pour remettre les choses en ordre. Depuis que j’ai regardé l’émission d’Arte « Fascinants Fascias », notamment le passage qui parle du blocage des apophyses épineuses à 3’10, je comprends l’utilité de ce recours à une thérapie manuelle ;) . Je vous propose donc de visionner une vidéo mise en ligne par le Dr Quercia, où il explique que le recours à une thérapie manuelle s’avère parfois indispensable et où l’on voit le blocage de deux apophyses épineuses :

**

Image de prévisualisation YouTube

*

*****

Enfin, pour terminer et pour le plaisir des yeux, car c’est un peu compliqué, je vous propose de visionner le film « Promenade sous la peau » réalisé par le Dr  Jean-Claude GUIMBERTEAU, chirurgien plasticien (Clic sur l’image):

*

Le monde sous la peau est encore à découvrir. A découvrir pour le scientifique car, à part quelques notions mises en évidence au début du XXème siècle, l’organisation des relations entre les structures organiques et leur méthode de glissement est mal connue. A découvrir aussi pour le néophyte, qui va observer un monde de couleurs, de structures changeantes, un monde d’adaptation dont le but ultime est de donner la souplesse, permettre le mouvement et conserver l’équilibre. Depuis plus d’un demi-siècle, la recherche a négligé ces territoires ; laissons la simple observation de ces structures, qui sont notre propre architecture, nous inciter à la réflexion… et à la contemplation.

*

*

promenades sous la peau

*

*

Sources :

Les fascias: définition et fonction

Les fascias, qu’est-ce que c’est ? (Source de l’image utilisée en entrée d’article)

Plasticité cérébrale

 

Plasticité cérébrale dans Emissions TV, radio, presse,livres 640_cerveau-potion-de-viefr

*

Nous l’avons vu à plusieurs reprises, la proprioception fait appel à la plasticité du cerveau, sa capacité d’adaptation aux changements. En ce sens, la proprioception est un sens supérieur dans la hiérarchie. Mais qu’est réellement la plasticité cérébrale ?

Afin de vous familiariser avec ce concept, je vous propose d’abord de visionner une petite vidéo amusante, puis d’écouter une émission de France Inter consacrée à ce sujet.

*

  • Dans un premier temps, voici la petite vidéo qui nous montre, au travers d’un exemple concret, comment on peut « recâbler » le cerveau avec de l’entrainement.

 

*

L’expérience consiste à faire du vélo avec une bicyclette trafiquée : quand vous tournez le guidon à droite, vous partez à gauche… L’homme a donc dû « désapprendre » à faire du vélo et a mis 8 mois pour réussir à maîtriser ce vélo particulier, son fils uniquement 2 semaines. Quand l’homme a voulu reprendre un vélo normal, il ne savait plus en faire. Il lui a fallu 20 minutes pour retrouver l’ancien « circuit neuronal ».

*

Image de prévisualisation YouTube

*

***

  • Dans un second temps, je vous propose d’écouter cette émission de France Inter consacrée à plasticité cérébrale (Clic sur l’image). Les invités qui y interviennent sont :
  • Hervé Chneiweiss Neurologue et neurobiologiste
  • Armelle Rancillac Chargée de recherche INSERM au laboratoire Plasticité du cerveau du CNRS dans l’équipe Réseaux neuronaux du sommeil à l’ESPCI.
  • Philippe Vernier Directeur de l’institut des Neurosciences à Paris Saclay

*

*

tête au carre

*

Là encore, Hervé Chneiweiss nous explique que l’aire du cortex cérébral dédié à la main gauche est, chez le violoniste virtuose, d’un tiers supérieure à celle d’un sujet ne jouant pas de violon (jouer d’un instrument de musique étant une activité hautement proprioceptive). A l’inverse, quand le violoniste cesse de jouer, la région supplémentaire sera perdue et réa-louée à d’autres fonctions.

Des sous régions du cerveau s’adaptent sous l’effet de l’apprentissage pour obtenir de meilleures performances.

*

*

Nda : Il a été démontré que la proprioception est un sens qui a la particularité de s’appuyer sur la plasticité cérébrale (par exemple, si un membre reste plâtré trop longtemps, le cerveau finit par l’ « oublier »). L’objectif du traitement proprioceptif est donc, en redonnant au cerveau de nouvelles et bonnes informations proprioceptives, de lui permettre de se réorganiser. Et si on en croit la petite  vidéo, on peut supposer que plus l’enfant est pris en charge tôt et plus efficace sera le traitement …

*

Recherche : appel à participation d’enfants dyslexiques

*

Inserm bourgogne

*

Je relaie cet appel à la participation d’enfants dyslexiques pour une étude sur la dyslexie et la proprioception réalisée par Julie Laprevotte, doctorante du Laboratoire INSERM U1093 de l’ Université de Bourgogne.

Son travail de recherche s’inscrit dans le domaine des neurosciences. Le 1er axe consiste en l’étude des caractéristiques de la proprioception chez l’enfant dyslexique ainsi que de la relation entre les troubles sensori-moteur et cognitifs.

Les enfants auront des exercices moteurs simples à réaliser.

Attention ! Les enfants ne doivent pas avoir un suivi SDP en route.

Pour connaître les détails de cet appel à participation, clic sur l’image :

*

2tude julie laprevotte

*

Vous avez dit proprioception ?

*

Proprioception skate

*

 

Petit retour aux fondamentaux avant de partager, bientôt, une de mes découvertes récente sur un  rôle de la proprioception que j’ignorais totalement. Plus je découvre ce sens et plus il me fascine…

J’ai trouvé sur le site canadien « Groupe Ergo Ressources…vers l’avenir », un petit article très intéressant sur la proprioception.

Extrait :

La proprioception fait partie de nos sept sens !Eh oui, nous en avons sept et non pas cinq, et l’un d’entre eux est la proprioception.

La proprioception, c’est la sensation de notre corps dans l’espace. La conscience de l’espace utilisé par notre corps. Sans la proprioception, vous vous sentiriez comme sur la Lune, flottant sans trop savoir ce qui vous fait bouger, où vous allez atterrir ni quels efforts faire pour vous rendre à destination.
*
Un exemple : avant d’entrer dans une pièce, vous n’avez pas besoin de mesurer le cadre de porte ni la distance entre vos épaules afin de comparer les deux mesures et finalement conclure que vous pouvez franchir cette ouverture sans vous heurter ! Coopérant avec le sens de la vue, qui capte les dimensions du cadre de porte, la proprioception vous avisera si vous pouvez passer ou non.
*

La proprioception est également responsable de la relation entre chaque partie de votre corps : quelle est la distance entre chaque doigt, quelle est la relation entre la main droite et le genou gauche. Grâce à cette information, lorsqu’un moustique nous pique sur la cheville droite, on n’a même pas besoin de réfléchir pour décider du mouvement qui nous débarrassera de cet intrus. À l’aide du sens du toucher, dans l’instant qui suit la piqûre… TAP… on se frappe la cheville ! La seconde suivante, on réalise qu’on vient d’écraser un moustique. Beurk !

*
Comment peut-on stimuler la proprioception à la maison ou à l’école ?
*
Comment les enfants développent-ils leur système proprioceptif ? C’est simple : en bougeant ! Voilà pourquoi les enfants BOUGENT TOUT LE TEMPS ! Et voilà pourquoi il est primordial de les laisser faire et même de les encourager à bouger !
*
En grimpant, soulevant, roulant, marchant, courant, tombant, sautant et à l’aide de plein d’autres mouvements, les enfants apprennent à évaluer l’espace qu’occupe leur corps entier, l’espace dévolu à chaque partie de leur corps, la distance entre ces parties ainsi que les notions de force et de vitesse. Ce faisant, ils entraînent leurs neurones à mesurer les risques de blessure et la plupart du temps… ils s’en tirent bien ! Et si bouger s’apprend, rester tranquille s’apprend tout autant !
*

Si stimuler le système proprioceptif est bénéfique pour la grande majorité des enfants, certains ont besoin de plus.  Ils ont besoin d’une intervention professionnelle. Il y en a qui remuent sans arrêt et ne semblent pas capables d’étancher leur soif de bougeotte. D’autres, au contraire, résistent à vos encouragements et vos supplications pour les motiver et les stimuler à s’activer et à bouger. [...]

*

L’article dans son intégralité : Vous avez dit proprioception ?

*

Note : Finalement, n’est-ce pas ce manque de mouvement, de stimulation proprioceptive, qui est responsable de certains désordres liés à l’usage intensif des écrans ? Comme on peut le lire dans cet article :

*

Vous avez dit proprioception ?  dans Emissions TV, radio, presse,livres tenir-stylo-geste-plus-complique-pour-les-enfants_width1024

*

L’exposition dès le plus jeune âge aux écrans d’ordinateurs, de tablettes et de smartphones influent directement sur la dextérité des enfants. Les médecins britanniques mettent le doigt sur un problème jusqu’ici insoupçonné : l’excès d’écrans tactiles rend les enfants de moins en moins à l’aise avec les stylos. Le constat de Sally Payne, ergothérapeute en chef de la Fondation Heart of England NHS Trust est inquiétant : « Les enfants n’entrent pas à l’école avec la force et la dextérité qu’ils avaient il y a 10 ans », observe-t-elle au Guardian. « Les enfants qui vont à l’école reçoivent un crayon, mais ils ne sont plus en mesure de le tenir parce qu’ils n’ont pas les compétences fondamentales en mouvement. Saisir et tenir un crayon n’est plus un jeu d’enfant. Ce geste d’apparence anodin est devenu beaucoup moins évident pour les jeunes générations. La préhension est beaucoup moins évidente pour les enfants confrontés à la difficulté de contrôler correctement les muscles des doigts : « Pour pouvoir saisir un crayon et le déplacer, vous devez maîtriser les muscles fins de vos doigts. Les enfants ont besoin de beaucoup d’opportunités pour développer ces compétences« , ajoute l’experte.

 

 

La dyspraxie et les troubles sensoriels

*

dyspra quoi

*

Alors que je me désespère régulièrement de ne pas trouver d’allusion à la proprioception dans les publications, vidéos, etc. des divers spécialistes français de la dyspraxie, je viens enfin de trouver une référence à celle-ci dans un dossier consacré à la dyspraxie d’une association Suisse : Dyspra’quoi ? :) .

Je vais partager un extrait de ce dossier  (p12-13) :

*

La dyspraxie et les troubles sensoriels

*

Dans la majorité des cas, les enfants dyspraxiques souffrent d’un déficit au niveau sensoriel.
De façon très schématique, la première charnière essentielle à l’action permet aux informations sensorielles (provenant de nos muscles, de notre peau, de nos yeux, nos oreilles, etc) d’être acheminées vers le système nerveux central, notre cerveau. Ces informations sont reçues, elles sont filtrées pour que le cerveau ne tienne compte que des plus pertinentes; une première interprétation est effectuée, cette fonction se nomme l’intégration neuro-sensorielle.
Puis se situe, dans un niveau plus complexe, la deuxième charnière où le cerveau organise et planifie son action, là on entre dans le domaine de la praxie.
La bonne circulation et l’interprétation des informations sensorielles sont une base essentielle pour la construction du développement moteur de l’enfant.
*
*
informations sensorielle dyspraxie
*
Le système vestibulaire
*
Les récepteurs de ce système sont situés dans l’oreille interne et permettent de détecter :
l’effet de la gravité;
les mouvements et la position de la tête dans l’espace.
*
Les fonctions du système vestibulaire
*
Perception de l’orientation spatiale :
Haut, bas, avant, arrière, côté, position du corps mais surtout de la tête;
Contrôle oculomoteur :
Un réflexe aide à stabiliser les yeux à l’horizontal;
Contrôle postural:
Le système vestibulaire agit sur le tonus, l’équilibre, la posture.
*
Le système proprioceptif
*
Ce système est détecté par les récepteurs mécaniques de la peau, des muscles, des tendons, des articulations.
Les récepteurs renseignent :
sur la statique, l’équilibre ;
les déplacements du corps dans l’espace.
*
Les fonctions du système proprioceptif
*
Perception des mouvements des articulations et de la position du corps ;
Coordination musculaire :
Il permet de rythmer le geste et de le doser ;
Construction du schéma corporel :

Il apporte une perception des limites corporelles

*

Le système tactile
*
C’est le sens qui permet le contact direct avec le monde extérieur.
On distingue deux systèmes :
-Le toucher grossier: renseigne sur la douleur, la température, les sensations agréables/désagréables;
-Le toucher fin : transmet les informations sur la localisation et la durée de la stimulation tactile, la grandeur, la forme et la texture d’un objet.
*
Les fonctions du système tactile
*
Source primaire d’informations ;
Il apporte une conscience du corps;
Participe au développement des segments comme outils d’exploration :
Pour la préhension et la manipulation.
*
L’enfant dyspraxique peut donc par la déficience d’un de ses systèmes compromettre la qualité des informations sensorielles transmises vers le cerveau et donc générer une action peu optimale.
*
Les aspects de planification et d’organisation au niveau du cerveau étant déficitaire chez l’enfant, il n’est donc pas si difficile que cela d’imaginer ce contre quoi il doit lutter, compenser, pour produire une réponse adaptée à l’environnement.
*
Voilà qui fait vraiment plaisir à lire ! :)
Le dossier sur la dyspraxie, très complet, dans son intégralité :
*
Note : Image et schéma issus du site Dyspra’quoi ?

La proprioception dans le monde végétal

 *

forêt

*

Petite digression (encore que … ;) ) pour vous parler de la proprioception dans le monde végétal.

Alors que la plupart des gens n’ont encore jamais entendu parler de proprioception, alors que nos enfants apprennent toujours à l’école que nous n’avons que cinq sens, des chercheurs sont en train de découvrir que les plantes sont dotées de proprioception. Ce sens n’en finit pas de me surprendre !

Je vous propose d’abord un article issu du site de l’INRA sur la sensibilité et la motricité coordonnée des plantes, dont voici un extrait :

*

plantes dans l'espace

*

 

Sensibilité et motricité coordonnée

Les plantes ont un comportement plus complexe qu’on ne l’a pensé pendant longtemps : elles sont capables, d’une part, de percevoir leurs voisines, et d’autre part, de se percevoir elles-mêmes dans l’espace et d’adapter leurs mouvements en conséquence.[...]

Lorsque l’on incline une jeune pousse, elle se redresse peu à peu. On connait le mécanisme moléculaire de ce redressement : lorsque la tige s’incline, les récepteurs membranaires de l’auxine se redistribuent sur la face inférieure de la tige. L’auxine s’accumule donc sur la face inférieure, qui pousse plus vite, d’où le redressement de la tige.

Cependant, des chercheurs de l’Inra et du CNRS ont montré que ce mécanisme ne suffit pas à expliquer le retour à la verticale des tiges. En effet, ils ont modélisé le redressement sur ordinateur en ne tenant compte que de ce mécanisme, et ont montré que la tige ne se stabilisait pas et oscillait autour de la verticale car chaque élément de tige essayait de se redresser indépendamment en entrainant les autres.  Il faut donc supposer que le redressement se fait en réalité de manière coordonnée : chaque cellule perçoit sa déformation et réagit de façon à minimiser la courbure. Ainsi, la plante est dotée de proprioception (1), capacité à percevoir sa position en tout point de la tige.

En intégrant la proprioception dans leurs modèles, les scientifiques ont réussi à reproduire le redressement de onze espèces de plantes à fleurs, de la minuscule germination du blé aux troncs de peupliers.

Ainsi, les plantes réajustent leur posture en permanence, en réponse à plusieurs types de signaux, lumière, gravité et déformation. L’ensemble des signaux sont intégrés pour conduire à une coordination des mouvements. Une nouvelle preuve que les plantes sont capables d’intégrer des signaux complexes et ne se contentent pas d’une réponse réflexe à un stimulus unique, comme on le pensait encore récemment.

*

L’article dans son intégralité : ici.

*

***

*

Dans un deuxième temps, je vous propose de visionner ce très intéressant reportage d’ Envoyé Spécial et notamment le passage  où un chercheur explique, en faisant le parallèle avec le rôle de la proprioception chez les humains, comment les scientifiques ont découvert l’existence de la proprioception chez les arbres. (Clic sur l’image pour démarrer la séquence) :

*

chercheur envoyé spécial

*

Espérons que toutes ces découvertes fassent, qu’un jour,  la proprioception entre dans nos écoles et soit enfin connue du plus grand nombre !

La proprioception, votre GPS intérieur

*

Les-secrets-de-votre-cerveau

 *

Je vous propose un extrait du livre de Stéphane Marchand , journaliste scientifique, publié en 2017 : Les secrets de votre cerveau.

Rien de vraiment nouveau par rapport à ce que j’ai déjà partagé, c’est très proche des articles du  physiothérapeute Denis Fortier, mais c’est une bonne piqûre de rappel, ça permet de varier les sources et de montrer que de plus en plus de monde s’intéresse à la proprioception. En outre, il y a un passage sur la conduite automobile, activité hautement proprioceptive, qui me parle beaucoup, à moi qui suis dysproprioceptive  ;) . (Clic sur l’image)

*

Proprioception, GPS

*

 

Vous pouvez trouver des extrait plus nombreux de ce livre (qui semble intéressant) :

*

*

Note : Visiblement, Stéphane Marchand semble sur la même longueur d’onde que le Pr Thierry Pozzo quant à sa vision des neurosciences :) :

*

neurosciences

*

Apesanteur, cerveau et proprioception

*

Dupond sur la lune

*

Pour changer un peu, nous allons partir dans l’espace. :)

Mais, sans trop nous éloigner de notre sujet, puisque j’ai découvert que la proprioception est beaucoup étudiée dans les missions spatiales. J’ai déjà partagé avec vous des articles qui montraient comment la pratique de la danse ou d’un instrument de musique modifiait le cerveau du fait de la plasticité cérébrale liée à la proprioception.

Je vous propose donc cet article de Le Soir, que j’ai trouvé très intéressant, car il montre comment la connectivité du cerveau des spationautes est modifiée dans ses zones liées à la proprioception* (insula, cervelet).  Fascinante proprioception !!!

 

*

apesanteur

*

L’apesanteur modifie le cerveau

*

 

On savait que l’apesanteur que subissent les voyageurs de l’espace entraîne différents troubles physiologiques dont la perte osseuse, l’altération des muscles et le mal du voyage. En situation d’apesanteur, le système musculo-squelettique n’est plus soumis aux contraintes que la gravité lui impose sur Terre, ce qui entraîne son altération progressive. Des troubles contre lesquels les cosmonautes, généralement sélectionnés parmi les athlètes, se prémunissent partiellement, en pratiquant un entraînement intensif.

Mais on ne savait guère comment l’absence de pesanteur affectait le cerveau. C’est désormais chose faite avec la publication aujourd’hui, dans le journal Brain Structure and Function, des résultats d’une étude sur le fonctionnement du cerveau d’un cosmonaute de 44 ans avant sa première mission spatiale vers l’ISS et après son retour sur Terre, six mois plus tard. Le cosmonaute, dont le nom est resté secret afin de protéger ses données médicales, a effectivement subi deux changements majeurs dans le fonctionnement de son cerveau par rapport à l’analyse effectuée par l’imagerie à résonance magnétique (IRM) fonctionnelle effectuée avant le vol. Les images montrent clairement une connectivité réduite de l’insula dans l’hémisphère droit. L’insula est une composante de base de notre système vestibulaire dans l’oreille interne. C’est elle qui est responsable de l’intégration visuelle et de l’information sensorielle proprioceptive. La proprioception désigne la perception, consciente ou non, de la position des différentes parties du corps. Elle fonctionne grâce à de nombreux récepteurs musculaires et ligamentaires, ainsi qu’aux voies et centres nerveux impliqués. C’est, par exemple, le système vestibulaire qui nous permet, lorsque nous fermons les yeux dans un avion, de percevoir néanmoins les changements de direction.

D’autre part, ce cosmonaute a montré également une connexion plus faible entre son cervelet et les zones cérébrales liées à la motricité.[...]

Pour le professeur Floris Wuyts de l’Université d’Anvers, qui coordonne le projet, « si ces résultats ne constituent pas une surprise, car on savait déjà que les cosmonautes rencontraient divers problèmes moteurs à leur retour de l’espace (vitesse, précision et coordination des mouvements) ; c’est cependant la première fois que l’on peut visualiser ces changements dans le cerveau et démontrer leurs effets sur le fonctionnement cérébral ». [...] 

Les chercheurs vont maintenant poursuivre leurs investigations en continuant à s’intéresser aux altérations du cerveau des astronautes. Mais pas uniquement : selon eux, ce type de recherches est également très pertinent pour des patients alités depuis plusieurs mois ou connaissant un syndrome vestibulaire.

*

L’article dans son intégralité : L’apesanteur modifie le cerveau

 

Note * : La proprioception est étroitement liée au système postural qui est notre capacité à maintenir une posture en s’opposant à l’effet de l’apesanteur. La lutte contre cette force est sous la dépendance du tonus des muscles antigravitaires (muscles extenseurs des membres inférieurs, muscles paravertébraux).

Note : D’après ce document de l’Aadys, on observe chez les spationautes des troubles de type dysgraphie et dyslexie dans les jours qui suivent leur retour sur terre. (Je me demande de plus en plus pourquoi si peu de monde  travaille sur le lien entre proprioception et troubles des apprentissages !!!) :

*

Spationautes

*

123456

Thérapie Asie |
Themassagetube |
Hubert90 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pharmanono
| Le blog de Jacques Le Houezec
| Sevragebenzo