Dr Michel Habib, dys et douance, recherches scientifiques

 *

Dr Michel Habib, dys et douance, recherches scientifiques dans Dys ob_f2101b_zebre-noir-et-blanc*

C’est les vacances, mon loulou est parti en voyage en Grèce avec son collège à la découverte d’Athènes et ses environs. Je vais donc profiter de cette petite pause pour partager avec vous cette interview très intéressante du DR Michel Habib sur l’ association, pas si rare et pourtant difficile à détecter,  de troubles DYS et du Haut Potentiel .

 

Dr Michel Habib, dys et douance, recherches scientifiques

 

Sur le même thème, vous pouvez lire :

Haut Potentiel et troubles DYS du Dr Archimbaud-Devillier Mélanie, sur le site de Pluradys.

EIP et DYSsur le site de Dysmoi.

Les dys à haut potentiel, Michel Habib,  sur le site Resodys

Précocité et dys, fil de discussion avec extrait du livre du Dr Habib : La dyslexie à livre ouvert.

Précocité Intellectuelle et dyspraxie

 

 



Première Victoire !

 *

Première Victoire ! dans Collège 6° victoire2__ktj1pd

*

En écoutant ce reportage, j’ai revécu certains moments difficiles de notre parcours : l’incompréhension face aux difficultés de notre fils, les larmes qu’il versait parfois à la sortie de l’école, les colères violentes qu’il faisait au moment des devoirs, la « maltraitance » psychologique d’un enseignant particulièrement élitiste, le harcèlement de certains enfants, l’errance diagnostique… Par bonheur, j’ai compris assez tôt que quelque chose clochait et j’ai tourné le dos aux psychologues qui me disaient que notre école était trop exigeante, que mon enfant était immature, que je le couvais trop, que je devais le laisser affronter ses difficultés, etc. J’ai cherché et j’ai trouvé des professionnels pour nous aider et des adaptations pédagogiques pour éviter à mon fils de prendre trop de retard. Nous avons aussi su changer d’école au moment où nous avons senti que notre fils s’enlisait dans ses difficultés scolaires et relationnelles. Alors je suis fière de partager  aujourd’hui ce beau bulletin, avec une moyenne générale de 14,05/20, qui est une première très belle victoire de mon fils et de toute une équipe autour de lui  (à noter que mon fils n’a eu en ce début d’année aucun autre aménagement que l’usage de son ordinateur pour écrire et son logiciel de géométrie):

*

 Bulletin Premier Trimestre 6°

*

Sa moyenne de 15,9 en maths, difficilement imaginable il y a quelques années, est liée à l’amélioration de sa perception visuelle qui diminue sa fatigabilité, à sa rééducation en logico math et  à l’usage de l’ordinateur notamment en géométrie.

Sa moyenne de 14,4 en anglais est directement liée aux méthodes visuelles et sensorielles dont je vous ai parlé sur ce blog .

Ses moyennes situées entre 13 et 14 en Hist/Géo et SVT pourront encore progresser quand Marc s’améliorera dans l’analyse de document et la rédaction de réponses.

Petit bémol, la moyenne de 9.8 en français et surtout le commentaire de son prof sur son « travail superficiel ». Nous allons bien sûr prendre rendez-vous avec mon mari pour lui expliquer plus clairement en quoi consiste le « travail superficiel » de Marc à la maison. ..

Quant au commentaire du prof d’Arts Plastiques, il est un peu surprenant au vu des résultats et des difficultés de Marc, mais bon, ça ne mérite pas de se battre pour ça…

Cette première victoire, c’est d’abord celle de Marc qui se bat comme un lion depuis plusieurs années pour « se débarrasser de son problème », c’est aussi la mienne et celle du temps que je consacre à trouver des solutions pour l’aider. C’est aussi celle de son papa qui s’occupait des adaptations pour l’école l’année dernière et a pris maintenant en charge les relations avec les enseignants pour m’aider, un papa étant moins souvent « accusé » de surprotéger son enfant. C’est aussi celle d’un groupe de profs qui a accepté de jouer le jeu du passage à l’ordinateur. C’est enfin celle de toute une équipe médicale et paramédicale qui s’est constituée autour de Marc et à laquelle je voudrais rendre hommage  :

Il y a d’abord le Dr Quercia dont le traitement proprioceptif a donné un véritable coup d’accélérateur aux progrès de Marc en améliorant de façon très nette ses capacités de concentration et de mémorisation. Comme il le dit : « Le traitement met l’enfant sur les rails, les rééducations le poussent ».

Il y a ensuite Julie, l’ergothérapeute de Marc, qui l’a formé à la frappe en clavier caché, à l’utilisation de ses outils informatiques et son logiciel de géométrie. Ce passage à l’ordinateur bien préparé et réussi a été un élément déterminant pour l’entrée en 6°  de Marc.

Il y a ensuite Sophie, son orthophoniste, qui a rééduqué son raisonnement logico-mathématique et travaillé sur sa méthodologie. Sans oublier sa première orthophoniste qui avait travaillé avec lui sur sa conscience phonologique.

Il y a ensuite Micheline, sa kinésithérapeute, qui travaille avec lui sur ses troubles vestibulaires et proprioceptifs.

Il y avait eu aussi auparavant ses deux orthoptistes, l’ une « classique » et l’autre « neurovisuelle ». La première ayant très rapidement soupçonné un SDP face à l’intensité des troubles de Marc et la faible tenue de ses rééducations.

Enfin, je n’oublierai pas deux acteurs indispensables du traitement : son podologue (il n’est qu’à voir le récent retour en arrière de MARC quand ses pieds ont grandi et que ses semelles n’étaient plus bonnes pour se persuader de l’intérêt de celles-ci) et enfin son opticien, maillon essentiel de l’équipe, qui assure régulièrement le réglage des lunettes de Marc et prend toujours le temps de l’encourager et de s’informer de ses progrès.

Aujourd’hui Marc est un enfant épanoui, qui a repris confiance en lui, retrouvé le chemin de la réussite, qui prend plaisir à aller au collège et trouve que le temps y passe vite, qui sort toujours de celui-ci le sourire aux lèvres en compagnie de toute une bande de copains.

*

Alors un grand merci à tous !

*

En conclusion, nous avons remporté une bataille, mais nous n’avons pas gagné la guerre. Il nous faut rester vigilants car le SDP n’est pas encore vaincu et demeure là, sournois, prêt à reprendre ses droits au moindre relâchement …

 

 

 




Archives pour la catégorie Dys

Mères au combat

*

Mères au combat dans Dys logo

*

Emission « Les pieds sur terre » sur France Culture : Les mères au combat

Portrait et histoire d’une mère qui s’est battue pour que son enfant dyspraxique trouve sa place dans un monde bien cruel.

Reportage : Martine Abat

Réalisation : Thomas Jost

 

Cliquez sur l’image :

 

*

children%20school dys dans Emissions TV, radio, presse

*

Les cartes mentales : un outil d’aide aux élèves

 

Voici le support d’intervention sur les cartes mentales de M. Laperrière , conseiller pédagogique, lors de la journée des Dys organisée par Pluradys à Dijon  (cliquez sur l’image) :

*

carte mentale journée dys

*

Voir aussi  sur ce sujet :  ici.

Troubles visio-spatiaux / Orthoptie et troubles des apprentissages

 *

Troubles visio-spatiaux / Orthoptie et troubles des apprentissages dans Dys

*

Voici un petit diaporama qui explique les conséquences des troubles visio-spatiaux sur la scolarité, on y retrouve toutes les difficultés que présentait mon fils :

 

Faciliter la scolarité de l’élève dyspraxique/ Les troubles visio-spatiaux

 

Et voici le support d’intervention d’Anne Cognard, orthoptiste, sur les Troubles Neurovisuels lors de la journée des dys organisée à Châlon sur Saône par Pluradys :

*

orthoptie

*

Passer à l’ordinateur …

*

Marc frappe ordi 2 (blog)

*

Quand passer à l’ordinateur pour un dys ?

Voici une question qui ne fait pas l’unanimité et qui soulève bien d’autres questions quand on y est confronté. L’écriture permettrait d’apprendre, serait un premier travail vers la mémorisation, etc. Alors, ne plus écrire, est-ce bon pour l’enfant ?

Face à un enfant dysgraphique, on espère dans un premier temps que les rééducations lui permettront d’accomplir ce geste qui nous paraît somme toute si banal. Et puis le temps passe, il faut se rendre à l’évidence, même si l’écriture s’améliore un peu elle reste fatigante, non rentable pour l’enfant au niveau scolaire. Dans notre cas c’est le médecin scolaire, en découvrant les cahiers de Marc, qui a pris la décision du passage à l’ordinateur. Il ne fallait plus perdre de temps et former Marc à la frappe en clavier caché pour lui permettre d’être autonome au collège. Moment difficile où il faut renoncer à l’élève « normal », stylo à la main, pour admettre la réalité du handicap. Et puis, une foule de questions se posent : Comment ça va se passer ? Comment les profs vont-ils le prendre ? Comment gérer les contrôles ? Arrivera-t’il à suivre le rythme ? Comment vont le percevoir les autres enfants ? etc., etc.

Mais il fallait avancer et se lancer dans l’aventure. Cependant, notre fils ayant d’importantes capacités de compensation, il masquait en partie ses difficultés pendant les bilans paramédicaux qui se passent dans le calme et durant un temps relativement court. Le passage au clavier a donc été décidé dans le cadre du PAI sans pouvoir avoir recours à aucune aide de la MDPH (et pourtant, la médecin scolaire qui a jugé que face à  « l’ampleur de la dysgraphie de Marc » il fallait impérativement passer au clavier, est aussi une médecin référente de la MDPH). Nous avons dû fournir l’ordinateur portable et financer les séances d’ergothérapie. Autant vous dire qu’aider son enfant dys n’est donc pas à la portée de toutes les bourses …

Marc a donc été formé à la frappe en clavier caché de janvier à juin l’année dernière, date à laquelle il a pu emmener son ordinateur à l’école. Il a aussi été formé à l’utilisation de Géogébra pour la géométrie,  car il avait  d’importantes difficultés à construire ses figures en géométrie  à cause de ses troubles visio-spatiaux et de motricité fine. Enfin, son ergothérapeute lui a installé et l’a formé sur le ruban de Cabergo 74 qui lui permet de poser facilement ses opérations, écrire des équations mathématiques, insérer des tableaux de numération et conversion, des lignes graduées, etc

Aujourd’hui Marc est au collège, il prend l’intégralité de ses cours sur son ordinateur, frappe aussi vite (et même plus vite) que les autres élèves écrivent. Tout se passe bien avec ses profs qui lui fournissent une clé USB quand il y a un DS et avec les autres élèves qui ne trouvent pas anormal que deux de leurs camarades disposent d’un ordinateur en classe. Même si l’outil informatique ne gomme pas toutes les difficultés de Marc, loin s’en faut, il lui a changé la vie. Il peut maintenant prendre lui-même ses cours (où il est obligé d’être plus actif que lorsqu’on lui fournissait des photocopies), peut apprendre ses leçons sur des supports propres, presque sans fautes d’orthographes,  écrit dans la police de caractère qu’il préfère (Open dyslexic avec un interligne de 1.5) et a gagné une autonomie et une aisance en mathématiques incontestables.

Pour vous donner une idée du gain apporté par l’ordinateur, je vous joins quelques exemples de son travail. Dans un premier temps, voici un cours de SVT pris à la main car sa batterie était déchargée et qu’ il n’avait pas de possibilité de brancher son ordinateur en salle de SVT.  C’était en fin de journée, on voit l’écriture se dégrader très vite et j’ai souligné en rouge les nombreuses fautes d’orthographe  (Cliquez sur l’image pour bien voir):

*

Ecriture 6° (avec fautes)

**

Et maintenant, voici un cours d’anglais et un cours d’éducation civique pris sur l’ordinateur, je pense que la démonstration de l’utilité de l’ordinateur se passe de commentaire …

*

Anglais 6°

**

2ducation civique

*

Pour rappel, l’élaboration manuelle d’un tableau donnait ça l’année passée :

*

CM2 sans adaptation

*

Voici maintenant des exercices de numération élaborés avec son ruban mathématiques de Cabergo 74 :

*

Math 1 Math 2

*

L’année dernière, ce type d’exercice donnait ça :

*

math CM2004

*

Enfin, voici une construction de géométrie qu’il avait réalisé avec mon aide et avec beaucoup de mal l’an dernier, où l’on voit les nombreux coups de gomme, les traits qui manquent de précision, etc :

*

Construction géométrie

*

Et voici une figure réalisée sous Géogébra. Là encore, nul besoin de commentaire. …

*

Utilisation Géogébra

En conclusion, je peux dire que le passage à l’ordinateur a été pour Marc très positif. Il lui a demandé un effort important.  En effet, il s’est entraîné 15 minutes par jour, tous les jours pendant plusieurs mois, mais aujourd’hui la frappe est automatisée, les logiciels maîtrisés. J‘ajouterai que le passage au clavier, pour être réussi, ne s’improvise pas et demande d’avoir recours à un ergothérapeute. Il demande aussi une grande motivation de l’enfant et un soutien actif de ses parents. Dans notre cas, Marc avait l’écriture tellement en horreur, « ça lui faisait mal d’écrire », qu’il s’est lancé à fond dans l’aventure et nous étions là pour le remotiver les jours où  « il n’avait pas envie », « était fatigué ». Mais le résultat est là !

Pour compléter ce sujet, je vous invite à lire ce très bon article du Dr Pouhet et un autre article du site Dysmoi :

En *

Quand faut-il passer à l’ordinateur en cas de dysgraphie ? (Dr Pouhet)

Dyspraxie : Dysgraphie et passage au clavier

8° journée des dys en Bourgogne

*

Voici le programme de la 8° journées des dys, organisée en Bourgogne par le réseau de santé Pluradys :

*

journée des dys

*

Pour ma part, je vais intervenir dans un sujet consacré aux troubles neurovisuels, à Auxerre, :

« Regards croisés sur les troubles neurovisuels »

Et je serai très intéressée par un sujet portant sur les cartes mentales, à Dijon :

« Les cartes mentales : un outil d’aide aux élèves »

Mais il y a encore bien d’autres choses.  Alors si vous êtes bourguignons, n’hésitez pas !

Toutes les infos : ici.

Numération décimale

*

Numération décimale dans Dys aGrBsLAj_2GmksmM_i7G0Iarma8@250x195

**

Comme je l’ai expliqué dans cette page, mon fils a suivi une rééducation logico-math en orthophonie cette année. Son orthophoniste a retravaillé avec lui sur le système décimal. En effet, même s’il me semblait que certaines notions étaient acquises, elles ne tenaient pas dans le temps. Mon fils se servait de son excellente mémoire pour compenser au moment de la leçon, mais comme les notions n’étaient pas véritablement comprises, elles étaient « volatiles » et j’avais l’impression de bâtir sur du sable. J’avais bien le sentiment que passer par la manipulation l’aurait aidé et il m’arrivait de lorgner sur le matériel Montessori. Mais outre le prix qui me rebutait, je n’étais pas certaine que la manipulation d’autant de petits éléments lui aurait convenu, d’une part à cause de ses troubles visio-spatiaux, d’autre part en raison de ses problèmes de motricité fine. Il se trouve que  son orthophoniste a travaillé avec lui en se servant d’un matériel qu’elle avait fabriqué et m’a demandé si je pouvais moi-aussi le réaliser pour entraîner régulièrement mon fils pendant les vacances. Ce système est  simple, efficace et peu coûteux, je vais donc vous l’expliquer avec son accord (il suffit d’investir dans 10 boîtes d’allumettes, quelques pailles et une grosse boîte d’élastiques).

*

  • Partie entière :

On réexplique le système de la numération décimale en base 10 en prenant une allumette pour unité (d’unité). Quand on a 10 allumettes on forme un petit fagot avec un élastique et un obtient une dizaine d’unités. Quand on a 10 fagots on les réunit avec un plus gros élastique et ce gros paquets représente une centaine d’unités.

A ce moment, on explique à l’enfant qu’on va changer l’unité pour économiser de la place et donc une boîte d’allumettes va devenir l’unité de millier (qui contient 1000 unités d’unité/allumettes). Quand on a 10 boîtes, on les relie ensemble et on obtient une dizaine de milliers et on explique à l’enfant qu’on continue avec les boîtes d’allumettes comme avec les allumettes.

Puis on peut expliquer qu’on change à nouveau d’unité, par exemple une boîte à chaussure, pour les unités de millions, etc …

*

  • Partie Décimale :

C’est la partie du nombre qui contient des morceaux de l’unité. On explique que pour des raisons de facilité on va prendre une paille au lieu d’une allumette. On la coupe en 10 et on obtient les dixièmes (1/10 ), on la coupe en 100 et on obtient les centièmes (1/100) et si on la coupait en mille on obtiendrait les millièmes (1/1000).

En parallèle, on fabrique des maisons,  petites pour la partie décimale, plus grosses pour la classe des unité et encore plus grosses pour la classe des milliers. Une image valant mieux qu’un long discours, je vous joins quelques photos. Mon regret étant d’avoir oublié d’imprimer les maisons de la couleur des classes de notre tableau de numération (sur un carton bleu  pour la classe des unités et rose pour celle des milliers).*Nous avons fabriqué tout ça avec mon fils, ce qui en plus lui a permis de faire un petit exercice de motricité fine. Voici donc une photo de notre petit matériel :

*

Boite maisons de numération

*

Marc avait donc travaillé avec ce matériel chez son orthophoniste et j’ai  entretenu cet apprentissage durant les vacances en lui dictant régulièrement un chiffre à représenter avec les allumettes, puis à écrire :

*

blog6

*

maison des nombres 1

*

Nous sommes ensuite allés plus loin pour travailler sur des notions vues en classe mais très mal comprises : encadrement, arrondissement, etc.

*

Exemple : Travail sur l’encadrement au dixième

*

Ici nous formons et écrivons le nombre 2 375,05 :

*

maison des nombres 2

*

Je demande ici à mon fils de l’encadrer au dixième. Pour cela, je lui demande donc de cacher tout ce qui arrive après, soit ici la maison des centièmes :

maison des nombres 3

*

Il obtient ainsi le dixième inférieur : 2 375,0

 

Puis il ajoute un dixième et donc le morceau de paille qui y correspond :

maison des nombres 4

*

Il obtient ainsi le dixième supérieur : 2 375,1

Il note ensuite l’encadrement sur une ardoise effaçable, ici :

2 375 <2 375,05< 2 375,1

*

*

Voici les fichiers des maisons :

 

  • A imprimer sur papier bleu clair :

maisons classe unité

 

  • A imprimer sur papier rose :

*

Maisons des classe de mille

 

  • A imprimer sur papier blanc :

Maisons numération Partie décimale

*

Et voici un tableau de numération adapté à ce travail (Clic sur l’image) :

*

tableau maison

*

 

Note 1 : Dans le même ordre d’idée, avec des allumettes, des enveloppes et des boites : Système de numération/débutants

Note 2 : Petit personnage issu du site de Mysticolly.

En route pour la 6°

 ************************

*

Capture

*

Et voilà, le grand jour arrive. Marc entre en 6° demain et disposera d’un ordinateur pour remplacer l’écriture manuelle chaque fois qu’il le souhaitera. Il a appris à taper très vite, est très à l’aise dans l’environnement numérique. Cet outil devrait donc lui permettre de pouvoir mieux montrer ce qu’il sait.

Nous l’avons aidé à organiser son cartable numérique à l’aide des outils que son ergothérapeute a mis en place sur son ordinateur : des dossiers pour chaque matière, un agenda numérique, son logiciel pour la géométrie (Géogebra). Voici une photo de son bureau :

 photo écran

*

Nous lui avons aussi préparé un emploi du temps qu’il n’aura plus qu’à remplir en classe :

*

emploi du temps

*

Par ailleurs, Marc est à nouveau bien réglé au niveau proprioceptif et nous espérons que ça va durer ! Son orthophoniste lui a fait un petit bilan : la lecture est bonne ainsi que la compréhension de texte, l’orthographe lexicale est revenue dans la norme (quand la perception visuelle est bonne, cet aspect de la dysorthographie disparaît). L’orthographe grammaticale est par contre toujours bien en-dessous de la norme. Il va encore falloir continuer à travailler autour de ce point.

Voilà, on progresse à petits pas, mais on progresse…

Et on croise les doigts pour cette année qui commence !

*

En route pour la 6° dans Dys finger11

Troubles spécifiques des apprentissages et syndrome de déficience proprioceptive ; fréquence, corrélation et valeur de dépistage?

*

Statistiques SDP

*

Voici une étude très intéressante portant sur la corrélation entre SDP et TSA réalisée par le Dr L-M. Virlet (Médecin généraliste) sur l’observation de ses 100 premiers patients de 6 à 25 ans, vus en consultation pour un motif de médecine générale. Il a recherché la présence ou non d’un SDP sur ses patients et la présence ou non de TSA.

Il en ressort que  sur 100 patients, 13 présentent un SDP  et parmi eux 11 ont un TSA (1 dyspraxique, 1 dysorthographique, 9 dyslexiques dont un de surface).

A l’inverse, sur  les 87 patients restants, aucun ne présente de TSA .

Il existe donc une dépendance entre SDP et TSA !
En conclusion  l’auteur de l’étude stipule:
L’étude entreprise auprès de 100 enfants tout-venants montre une forte corrélation entre la présence d’un SDP-HV-labile et la présence de TSA.
Elle encourage à ne pas négliger la piste proprioceptive dans l’étude de la « constellation dys » décrite par Habib.
*
Je vous invite donc à lire cette étude très intéressante mise en ligne sur le site de la Softal (Société francophone des troubles des apprentissages et du langage):
*
*
Quant à moi, je vous donnerai bientôt des nouvelles du traitement proprioceptif chez mon fils qui, s’il n’est vraiment pas un long fleuve tranquille pour lui, donne des résultats assez intéressants quand on arrive à le stabiliser …
12345

Thérapie Asie |
Themassagetube |
Hubert90 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pharmanono
| Le blog de Jacques Le Houezec
| Sevragebenzo