Langage oral, langage écrit et interactions sensorimotrices.

 *

con pata

*

Nous avons le plaisir de vous inviter à notre 10ième journée de formation continue sur Neurosciences et Apprentissages à l’Université de Bourgogne sur le thème :

Langage oral, langage écrit et interactions sensorimotrices.

le jeudi 7 Décembre 2017 de 9H à 17H30.

Les caractéristiques des enfants multidys confirment qu’il existe un lien étroit entre les langages parlés, entendus et écrits. En effet, l’élaboration du langage oral n’est pas seulement due à la capture sensorielle de sons ayant un sens linguistique mais dépend aussi d’un versant moteur correspondant à un ensemble de gestes articulatoires. Elle nécessite aussi un filtrage et une sélection des sons que l’ambiance sonore peut perturber, notamment chez l’enfant dyslexique. Et tout devient encore plus complexe quand la parole du locuteur passe par la fascination d’un écran, allant jusqu’à créer une nouvelle pathologie nommée « autisme virtuel ». C’est autour de ces sujets permettant d’aborder les troubles des apprentissages sous un aspect novateur et établissant des liens forts entre perception, action et troubles des apprentissages que s’organise le programme de cette 10ème journée de conférences en neurosciences.

 [...]

L’entrée est libre. Cependant, en raison du nombre limité de places, merci de vous inscrire avant le 30 novembre 2017 par un simple mail à Conf-DU-PATA@sfr.fr en précisant si vous venez seul(e) ou accompagné(e).

*

Le programme de la journée (Clic sur l’image) :

*

conf du pata

*



Dysfonctionnement proprioceptif & psychologie de l’enfant

 *

Proprioception skate

*

En surfant sur le Net, j’ai découvert un article anglais, très intéressant, décrivant le dysfonctionnement proprioceptif  (ici, dans le cadre des troubles de l’intégration sensorielle : Sensory Processing Disorder). On croirait lire un article sur la dyspraxie et le TDAH, ce qui est tout à fait compatible avec les travaux du Dr Quercia  ;) . Il n’aborde pas du tout le rôle primordial que peut avoir la proprioception dans le traitement des autres informations sensorielles. Évidemment, il n’aborde pas non plus le traitement proprioceptif développé par le Dr Quercia, thérapie émergente en cours de validation scientifique à l’Université de Bourgogne. Par contre, je l’ai trouvé digne d’intérêt car il aborde un point que je n’avais encore jamais vu traité : l’impact psychologique d’un dysfonctionnement proprioceptif sur le développement de l’enfant.

J’en ai donc fait une traduction partielle, avec mon ami Google, et vous pouvez aussi lire l’article original anglais en suivant le lien suivant :

*

Proprioceptive Dysfunction

*

 

Dysfonctionnement proprioceptif : la raison réelle pour laquelle il se cogne, saute, tombe, écrit en appuyant trop fort et brise les choses !

*

Faites-moi confiance, vous saurez quand vous verrez un enfant avec un dysfonctionnement proprioceptif ! C’est l’un des aspects les plus attristant des troubles du traitement sensoriel, et qui pourra facilement et rapidement causer des ravages sur l’estime de soi d’un enfant.

Si la proprioception est un nouveau terme pour vous, laissez-moi vous l’ expliquer. C’est un de nos « huit sens ». […]

Vous voyez, dans la théorie de l’intégration sensorielle (développée par A. Jean Ayres dans les années 70), le sens proprioceptif se réfère à l’apport sensoriel et aux informations qui nous indiquent le mouvement et la position du corps. Les «récepteurs» sont situés dans nos muscles, nos articulations, nos ligaments, nos tendons et nos tissus conjonctifs. C’est l’un des  «sens profond» et pourrait être considéré comme le «sens de la position» […]
Donc, si ce sens proprioceptif ne reçoit pas ou n’interprète pas correctement les messages internes des muscles, des articulations, etc., nous observons un DYSFONCTIONNEMENT PROPRIOCEPTIF.

Quand je dis que c’est « l’un des aspects les plus tristes », c’est parce que les enfants dysproprioceptifs se présentent comme des enfants qui sont maladroits, ne sont pas coordonnés et ont de la difficulté à accomplir les tâches et les activités normales de l’enfance. Ils n’ont pas la même expérience du monde que vous et moi.

Ne recevant pas les messages appropriés sur la manière dont leurs muscles sont étirés, sur la manière dont leurs articulations se plient ou se redressent, et sur le nombre de ces évènements, ces enfants présenteront les signes cliniques suivants d’un dysfonctionnement proprioceptif :

  • Des difficultés dans la « planification motrice » ; c’est-à-dire concevoir et déterminer ce que chaque partie de son corps doit faire pour se déplacer d’une certaine manière ou pour venir à bout d’une tâche (ce qui est un sens inconscient pour nous, devient un sens actif, conscient et frustrant pour eux)
  • Difficulté à exécuter ces mouvements planifiés : c’est-à-dire le « contrôle moteur » (le cerveau peut savoir quoi faire, mais ces enfants peuvent ne pas comprendre quoi faire pour que leur corps le fasse)
  • Difficulté à réaliser des « mouvement gradués » ; savoir combien de pression est nécessaire pour accomplir une tâche (c’est-à-dire tenir une tasse d’eau, tenir et écrire avec un crayon, tourner la page d’un livre, frapper une balle de golf dans le trou, etc.)
  • Difficulté avec la « stabilité posturale»; c’est-à-dire la capacité de garder et de maintenir les bonnes réponses posturales des muscles, qui vous donne une sensation de sécurité et de sécurité pendant le mouvement. En conséquence, la proprioception est altérée et la « sécurité émotionnelle » souffre.

Les enfants souffrant de dysfonctionnement proprioceptif, incapables de se déplacer et d’utiliser leur corps efficacement, peuvent devenir facilement frustrés, abandonner et perdre confiance en eux-mêmes. Il est vraiment difficile de regarder ces enfants essayer SI FORT et ne pas arriver à faire ce qu’ils veulent faire. En gardant à l’esprit les difficultés susmentionnées qu’un enfant aura si ce sens ne fonctionne pas correctement, vous remarquerez rapidement quelques-uns des éléments suivants …

Signes de dysfonctionnement proprioceptif:

  • Marchent en tapant du pied trop fort, poussent trop fort, écrivent en appuyant trop, jouent trop fort avec les objets, etc.
  • Sont d’incroyables boules d’énergies : ils sont les plus bruyants, courent, sautent, remuent, se cognent, « déménagent »
  • Secouent leurs jambes ou enfoncent constamment le dos de leur pied sur le sol / la chaise lorsqu’ils sont assis en classe.
  • Jouent trop violemment (sont souvent en train de se faire du mal à eux-mêmes ou aux autres), sautent ou se cognent dans TOUT.
  • Cassent leurs ongles, mordent leurs doigts, rongent leurs ongles jusqu’à ce qu’ils saignent, mâchent des crayons, des gommes, des crayons, des colliers de vêtements, des manches ou des cordes, ou des objets non comestibles ( morceaux de jouets, etc.)
  • Aiment les vêtements qui enserrent [...]

S’ils ont une mauvaise planification motrice, une mauvaise conscience corporelle ou un mauvais contrôle moteur, ils …

  • ont de la difficulté à grimper, à courir, à faire du vélo, à faire des sauts, à frapper une balle, à faire du patin à roulettes, etc.
  • ont de la difficulté à lacer des chaussures, à savoir comment déplacer leur corps  lorsque vous les aidez à s’habiller ou à se déshabiller.
  • se heurtent souvent à des objets et à des personnes accidentellement.
  • trébuchent et chutent souvent.
  • ont de la difficulté à apprendre à monter et descendre les escaliers, et peuvent être effrayés par eux (escalators aussi).

Les signes d’instabilité posturale comprendront …

  • S’affalent sur leur bureau, à table, etc.
  • Semblent être « flasques » et léthargiques tout le temps
  • Ont besoin de poser la tête sur leur main ou leur bras sur le bureau / la table, tout en travaillant
  • Ont une mauvaise posture pendant les tâches motrices
  • Sont  incapables de rester debout sur un pied et ont des difficultés avec les exercices d’équilibre.

 

En raison de leur dysfonctionnement proprioceptif et des luttes /défis auxquels ces enfants doivent faire face tous les jours, tout en essayant d’accomplir les activités habituelles de l’enfance, ils peuvent devenir «émotionnellement insécures». Ils peuvent éviter de nombreuses expériences de jeux typiques, devenir timides, avoir peur d’essayer quelque chose de nouveau, manquer de confiance en soi et d’estime de soi. Si vous avez,ou connaissez un enfant que vous pensez pouvoir présenter des signes de dysfonctionnement proprioceptif, je vous recommande vivement de parler à un ergothérapeute ou à votre physiothérapeute pour voir si votre enfant peut avoir besoin d’une évaluation. […]

Pour leur bien-être, demandez l’aide dont ils ont besoin. Leur petit cœur est triste. Ils se sentent « différents», laissés de côté, luttent tellement fort et perdent plus de confiance en eux chaque jour. Comme je l’ai dit, « si nous pouvons aider même un enfant … »




Archives pour la catégorie Dys

La rentrée des parents Dys

 

**

La rentrée des parents Dys dans Dys rentr%C3%A9e_jaune

*

Ce texte n’est pas de moi, mais je le trouve très beau, il me parle beaucoup, alors je partage :

*

Depuis quelques jours je sens que ça monte. L’angoisse de la reprise, de la routine, des devoirs. Cette pression qui me tient aux tripes par cycle et qui prend fin à la veille de chaque premier jour des vacances.

Je n’ai pas toujours été comme ça. Avant c’était joyeux, limpide et facile. Avant je n’étais pas un parent d’enfant dys.

Avant je demandais juste à l’éducation nationale de rendre mon enfant heureux, maintenant en plus de ça je lui demande aussi de ne pas trop l’abîmer.

Parce que vous voyez le soir, alors que tous les enfants du monde font leurs devoirs, ici on les fait aussi mais en plus on remotive, on porte à bout de bras, on efface les petites brimades de la journée, les phrases à la con lancées sans y penser, on contourne, on met en page, on imprime, on apprend autrement. On pleure fort tu sais parfois ? Et quand tout va bien on exulte. On essaie de chopper le mail ou le portable du prof principal, on se bat pour avoir des rendez vous, des prises en charge, la nuit on se réveille parce qu’on ne sait pas s’il pourra avoir son tiers temps au brevet, s’il arrivera à se débrouiller avec un ordi qui ne sera pas le sien le jour de l’examen. D’ailleurs on ne sait même pas par quel bout commencer pour en faire la demande. [...]

 

Le billet dans son intégralité, sur le Blog Ritalechat :  La rentrée des parents Dys 

 

Note : image issue du site Mysticolly

SED, proprioception, troubles cognitifs et autisme

*

SED, proprioception, troubles cognitifs et autisme dans Dys logo_Ehlers-Danlos_mini

*

Comme je vous l’ai déjà dit, je vais maintenant  partager avec vous des publications concernant le SED (syndrome d’Ehlers Danlos) que je trouve intéressantes.

En effet, tous les SED ont un SDP, selon le Pr Jaussaud.

Mais quelle part des SDP sont-ils des SED ? A mon avis, la question est ouverte et sans doute faudra t’il encore de nombreuses années pour y répondre .. ;)

Voici donc la dernière publication du Pr Hamonet  (en anglais):

*

Ehlers-Danlos Syndrome (EDS) a Diagnostic Trap for the Neurologist, an  Iatrogenic Risk for the Patient

*

J’ai  traduit certains passages pour lesquels j’ai trouvé un rapport avec l’objet de mon blog (je ne suis pas médecin, veuillez pardonner mes approximations) :

*

*

Quelques éléments physiopathologiques pour une meilleure interprétation des symptômes

 

« Les signes observés ont deux origines : la fragilité des tissus (saignements, difficulté à cicatriser.) et les désordres proprioceptifs diffus. Ces désordres proprioceptifs sont reliés aux perturbations des capteurs sensoriels extéroceptifs et intéroceptifs. Ces capteurs sont dans des tissus qui ont une réactivité spécifique aux stimulations. C’est vrai pour la peau qui peut présenter une hyperesthésie ou, inversement, ne pas transmettre une sensation de brulure. C’est aussi vrai pour la vessie […] Le désordre proprioceptif est général, il concerne à la fois les mouvements musculaires conscients et les fonctions motrices automatiques, le contrôle neurovégétatif, comme la vision binoculaire. Ainsi, les patients atteints du syndrome d’Ehlers Danlos ont une perception très particulière de leur corps depuis la naissance, qui peut compliquer le diagnostic car ils considèrent que « c’est normal ».

[…]

Le cas particulier de l’autisme nécessite une attention particulière. Un pédopsychiatre, Vincent Guinchat, a eu l’idée d’utiliser les vêtements compressifs que notre équipe a développé pour le SED. L’examen de nombreux de ces patients a révélé des signes de SED : fragilité de la peau, tendances hémorragiques, hyperlaxité articulaire, constipation. L’examen de leur famille a aussi révélé des cas de SED, sans autisme, parmi les parents et la fratrie. Ces découvertes sont à relier aux comportements que nous observons chez certains enfants de parents atteints de SED, qui mènent au diagnostic de syndrome d’Asperger.

Les difficultés d’apprentissage, dysorthographie, dyslexie, dyspraxie et désordres cognitifs du syndrome D’ Ehlers Danlos.

Les difficultés cognitives ont longtemps et sont encore rarement mentionnées par les auteurs qui écrivent à propos de ce syndrome. Elles sont très réelles et sont présentes chez 68% de nos patients. Elles sont responsables de difficultés scolaires et par la suite, d’exclusion du monde du travail. Leur présence justifie la recherche de signes en faveur du syndrome d’Ehlers Danlos pour une meilleure prise en charge thérapeutique et une meilleure orientation pédagogique. Ces difficultés contrastent avec une intelligence évaluée très au-dessus de la moyenne de leur groupe d’âge.

Conclusions

Le syndrome d’Ehlers Danlos apparait aujourd’hui comme une pathologie fréquente avec des expressions cliniques multiples et trompeuses aboutissant à de nombreux diagnostics erronés, notamment en neurologie. Cette hypothèse diagnostique doit être évoquée et discutée par les neurologues dans les cas suivants : suspicion de sclérose en plaque, dystonie, désordres proprioceptifs sévères, symptômes douloureux intenses et polymorphes, sévère dysurie, anévrisme cérébral artériel, syndrome d’Arnold Chiari, hypermobilité articulaire, syndrome du canal carpien, difficultés cognitives […], autisme.

Le diagnostic reste clinique dans la grande majorité des cas, en l’absence de marqueurs biologiques. Il est basé sur un regroupement de signes apparemment disparates qui ont une unité commune : l’expression d’une particularité des tissus conjonctifs. Cette altération des tissus conjonctifs est héréditaire et transmise à tous les enfants dont un des parents est affecté. Il est donc non seulement bénéfique pour éviter des traitements dangereux, mais aussi pour informer les personnes malades qu’elles transmettent la maladie.

*

 

Voili, voilou, pour ma part je trouve tout ça très intéressant, d’autant plus que je suis  diagnostiquée dysproprioceptive, dysperceptive et que  mes trois enfants le sont aussi (à des degrés divers) ...

Dyslexie…et si c’était la proprioception ?

**

Proprioception skate

*

J’ai trouvé sur le Net, cet  intéressant article écrit par une psychologue clinicienne, Patricia Delattre :

Extrait :

Il y a quelques mois je rencontrais un jeune patient Joseph, pour lequel la dyslexie était reconnue et prise en charge d’une manière innovante, et pour laquelle j’ai été intuitivement convaincue du bien-fondé : l’approche proprioceptive. Cette approche n’est pas une thérapie de plus pour traiter la dyslexie. Elle est basée sur la théorie suivante : la dyslexie serait un symptôme parmi d’autres qu’on retrouve au sein du syndrome de dysfonctionnement proprioceptif ou syndrome de déficience posturale, plus ou moins bien compensé (en cours de validation scientifique). [...] Il est essentiel de se tourner également vers l’ophtalmologue spécialisé dans la proprioception pour vérifier sa vision à titre préventif dès le plus jeune âge, mais aussi lorsque le bilan du psychologique débouche sur l’hypothèse, le diagnostic de la dyslexie ou de la dyspraxie visuo-spatiale.

En effet, la proprioception est l’agent de liaison de nos sens, c’est la perception que le corps a de lui-même dans l’espace, est l’une de nos sources de connaissance les plus importantes, car on ne pense pas seulement avec notre cerveau, mais aussi avec notre corps. [...]

L’article dans son intégralité :  Dyslexie…et si c’était la proprioception ?

La proprioception, notre sixième sens indispensable

*

proprioception sens indispensable

*

 

Je vous propose de lire cet article, très intéressant, sur la proprioception :

Extrait :

Lorsque l’on parle de sixième sens, on pense souvent, à tort, à l’intuition.

Pourtant d’un point de vue physiologique, la proprioception   mériterait d’être reconnue comme le sixième sens qui vient compléter notre expérience humaine dans la palette sensorielle habituelle : la Vue, l’Ouie, le Goût, le Toucher, l’odorat. Comment se fait il que ce sixième sens ne soit pas reconnu ? Qu’est ce que la proprioception ? Qu’est ce qui se passe lorsqu’on en est privé ?

[...]

Selon certains chercheurs comme le docteur Quercia, les troubles DYS (dyslexie, dysphasie, dyspraxie…) émaneraient d’un dysfonctionnement de la proprioception. On sait qu’on ne peut pas guérir des troubles Dys mais on peut contourner les obstacles pour réussir les apprentissages de la lecture et de l’écriture. La piste de la correction de la proprioception (au niveau des yeux, des pieds ou des muscles) pourrait apporter des améliorations dans le traitement de la dyslexie.

[...]

Les travaux de recherche sur la proprioception sont encore très récents. Les dysfonctionnements du sens proprioceptif sont encore mal connus. Pourtant, nous gagnerions à mieux connaître ce sens particulier qui semble être à la base des 5 autres. Cette reconnaissance pourrait commencer par l’éducation : faire une place dans les manuels scolaires pour reconnaître la proprioception comme un sens à part entière comme  la vue, l’ouïe, le goût, l’odorat et le toucher.

*

A lire dans son intégralité : La proprioception, notre sixième sens indispensable

Proprioception et dysgraphie/dysorthographie

*

images soleil

*

Une proprioception de qualité nous est indispensable  pour assurer la coordination de nos mouvements et  nous permettre d’écrire lisiblement. Elle a aussi un rôle indispensable pour assurer une bonne localisation visuelle dans l’espace.

La semaine dernière, mon fils dysproprioceptif, mais traité depuis un peu plus de trois ans, m’a annoncé que sa professeur de français lui avait fait écrire une dictée à la main. Sur le moment, je me suis dit qu’il allait falloir se déplacer. Cependant, le résultat s’est avéré assez surprenant et intéressant, mais il ne va pas falloir qu’il écrive uniquement à la main maintenant… Dans un premier temps, les élèves ont recopié un texte au brouillon, dans lequel il leur a été demandé de rayer les mots qu’ils connaissaient. On peut remarquer que Marc n’a fait qu’une faute de copie (le groupe nominal quelques fois), que l’écriture est correcte et bien sur les lignes, sauf la date, alors qu’il n’a pas fait plus d’efforts que ça car c’était un brouillon. Les traits sont aussi correctement tracés :

*

brouillon dictée

*

On peut en conclure que la prise d’information visuelle est maintenant de bonne qualité et que la copie n’est plus contreproductive comme auparavant (ce qui confirme les résultats du bilan orthophonique fait un an après le début du traitement proprioceptif, où Marc était revenu dans la norme en ce qui concerne l’orthographe lexicale, mais pas grammaticale). Puis, la professeur de français  leur a dicté le texte :

*

Dictée

*

Marc était déçu par son 15/20 en dictée alors que « les autres ont tous eu 19/20″. Je lui ai fait remarquer que, moi, je trouve le résultat vraiment bluffant et qu’il a un peu tendance à oublier d’où il revient ;)   !  (et ses professeurs aussi quelquefois…  :( )

L’écriture est toujours correcte, bien sur les lignes, un trait un peu moins bien tracé. Et les fautes d’orthographe son rares (toujours ces homophones grammaticaux contre lesquels nous nous battons depuis si longtemps). Ce résultat est assez épatant. On voit que Marc a progressé, mais de là à en conclure que Marc peut écrire en permanence à la main et n’est plus dysorthographique, il y a encore du chemin…  Surtout quand on considère son orthographe en écriture spontanée sur l’ordinateur (sans correcteur d’orthographe) :

*

*

 extrait histoire

*

Cela dit, je note quand même une amélioration, si on se réfère à ce texte écrit l’année dernière en période de décompensation*. J’étais d’ailleurs déjà intervenue pour lui faire réduire la longueur de ses phrases avec de la ponctuation (c’était un résumé, les deux premières lignes sont une copie du livre, le reste du texte est de Marc) :

*

Frêne

*

Lundi de la semaine dernière, ils ont eu un nouveau contrôle de français que sa professeur lui a encore demandé d’écrire à la main. Elle a rendu ce devoir de français, Marc a eu 13/20 et ne s’est pas si mal débrouillé. J’en suis presque à me demander s’il n’écrit pas avec moins de fautes d’orthographe à la main, maintenant ; alors qu’il a tendance à taper très vite et à ne pas se relire … (Je sais, certains vont me huer en me lisant …) L’écriture est moins jolie sans les lignes et par manque de place, mais ça n’est pas si mal. Marc me dit qu’il a plus de mal à écrire correctement sans lignes :

*

controle de français

*

Je remarque aussi que Marc écrit de plus en plus souvent à la main sur les documents photocopiés et utilise moins sa souris scanner, ce qui est surement le signe d’une écriture moins douloureuse, car jusque-là, Marc évitait l’écriture manuelle chaque fois qu’il le pouvait. Malgré tout, je vais devoir veiller à ce que Marc ne s’épuise pas  trop à écrire. :(

Je trouve ces résultats très encourageants, mais je sais qu’il faut « raison garder ». L’expérience nous a déjà montré par deux fois une amélioration de la qualité de l’écriture l’année dernière, suivie d’une dégradation rapide de celle-ci en période de décompensation* :

*

écriture déréglé003

*

*

Néanmoins, j’observe des améliorations de plus en plus fréquentes et  durables, alors j’ai l’espoir que, comme pour d’autres progrès de Marc, elles finissent par s’installer durablement. :) Qui vivra, verra !

Voilà, comme je le dis toujours, le traitement proprioceptif n’est pas une baguette magique, c’est un traitement long, exigeant qui demande beaucoup d’efforts et de vigilance. Cependant, un pas après l’autre, l’enfant progresse ! :)

********

Note * : Quand le cerveau reçoit de mauvaises informations proprioceptives, il arrive pendant un temps à compenser. Puis, à un moment, il  atteint un seuil et n’y arrive plus.  A ce moment là,  « tout part en vrille », le cerveau décompense.

Note 2 : Je recommande de s’adresser à des ophtalmologues/médecins ayant appris à « régler » de manière très précise la proprioception pour corriger les troubles perceptifs lié à la dysproprioception. Le traitement proprioceptif des troubles dys  (TDP) n’est pas à proprement parler de la posturologie, comme l’explique le Dr Quercia, chercheur associé à l’INSERM, qui porte la recherche sur le sujet depuis 15 ans :

*

Différence entre posturologie et proprioception

*

Pour avoir la proposition de traitement optimal, je recommande donc de se tourner  vers des professionnels qui ont été formés aux dernières techniques de prise en charge des troubles perceptifs de la proprioception en ayant suivi le DU du PATA  (Clic sur l’image) :

*

DU PATA

*

Vous pouvez avoir une idée de ces techniques en visionnant cette vidéo, où le Dr Quercia a présenté à l’ Université de Dijon le résultat de sa dernière étude (décembre 2016) :

*

  • Dr Patrick QUERCIA – Interférences auditivo-visuelles et neuro-plasticité de l’enfant dyslexique

*

Ophtalmologiste, chercheur associé INSERM U1093 – Cognition Action et Plasticité Sensorimotrice et co-directeur du Diplôme Universitaire Perception Action et Troubles des Apprentissages, il explore depuis 2002 les relations entre proprioception et dyslexie de développement au travers de la plasticité sensorimotrice.

*

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Dysproprioception /troubles attentionnels et agitation

*

*

enfants dans la lune

*

*

Un enfant souffrant d’un dysfonctionnement proprioceptif présente t’il des troubles attentionnels  ?

Si, aujourd’hui, les études sur le sujet sont encore limitées, ce point me semble cependant évident lorsqu’on a compris comment fonctionne la proprioception, sens qui permet au cerveau de connaître à tout moment la position du corps dans l’espace.

Le cerveau ne peut fonctionner au maximum de ses capacités que si les informations venant de ses sens, et notamment de la proprioception, se recoupent. Sinon, il est perpétuellement en état de vigilance, de « stress », pour vérifier les informations et assurer la survie : ne pas tomber, ne pas se cogner, etc… L’exemple le plus simple pour décrire cet état est celui du lecteur assis près d’une fenêtre dans un train à l’arrêt. Le train est immobile, les pieds, l’oreille interne et les yeux envoient l’information que le corps ne bouge pas, le lecteur peut se concentrer sur son livre. Tout à coup, le train sur la voie d’à côté se met lentement en mouvement ; la vision périphérique du voyageur (information proprioceptive) a capté le mouvement de manière inconsciente et envoie ce signal au cerveau, alors que les pieds et l’oreille interne continuent d’envoyer le signal de l’immobilité du corps. Le cerveau ne comprend plus la situation et  le lecteur va se sentir obligé de quitter son livre pour vérifier la véracité de ses informations. Et bien, le cerveau d’un enfant souffrant d’un dysfonctionnement proprioceptif est dans cet état de vigilance, en permanence.

D’autre part, selon  le Dr Quercia * (Chercheur associé – Unité INSERM U1093 Cognition Action et Plasticité Sensorimotrice), la proprioception oculaire est portée par le nerf trijumeau qui véhicule aussi les informations provenant de la bouche. Lorsque la proprioception oculaire est anormale, l’enfant pourra avoir des signes au niveau de la bouche : malocclusion, mâchoire trop étroite, déglutition infantile, respiration buccale… Le plus ennuyeux est la présence d’apnées du sommeil liées en grande partie au tonus de la langue et des muscles du pharynx. L’enfant a des nuits agitées, il est alors constamment fatigué et les enseignants constatent des troubles de la concentration.

Un trouble proprioceptif peut-il aussi être à l’origine d’une certaine agitation en classe (et ailleurs) ?

Le cerveau doit savoir où est le corps en permanence et s’il ne  ne peut pas localiser les différentes parties du corps quand l’enfant est  assis au repos du fait d’un dysfonctionnement proprioceptif, alors celui-ci devra activement déplacer ses muscles pour que l’esprit se “sente connecté” avec le corps.

Dans la vidéo suivante, de la minute 12’57 à 15’11,  le Dr Quercia  explique aussi que les enfants atteints d’un trouble proprioceptif présentent souvent une pseudo-hyperactivité car il est beaucoup plus facile pour le cerveau de maintenir le corps en équilibre dans le mouvement (de la même façon qu’il est plus facile de maintenir en équilibre une pile d’assiettes en mouvement) :

*

 

Image de prévisualisation YouTube

*

Beaucoup de parents dont l’enfant suit un traitement proprioceptif le constatent : quand l’enfant est bien réglé au niveau proprioceptif, il se concentre beaucoup plus facilement. Quant à ceux dont l’enfant était très agité, ils le trouvent beaucoup plus calme avec le traitement proprioceptif.

Mais certains critiques du traitement mettent ces observations parentales sur le compte d’un effet psychologique lié la motivation des parents, d’ une plus grande maturité de l’enfant, etc.

Pourtant, les parents d’enfants traités l’observent aussi, malheureusement, l’enfant éprouve à nouveau des difficultés à se concentrer quand le système se dérègle : l’enfant « part »,  il n’ est « plus là »… (La motivation parentale devient-elle tout à coup défaillante ? La maturité de l’enfant disparait-t’elle subitement ?)

Bien sûr, tout cela reste subjectif, n’est pas palpable, quantifiable et pourtant tellement flagrant quand on le vit !

Pour ma part, je constate que mon fils en est presque caricatural tant le phénomène semble marqué chez lui, au point que l’on peut suivre ses périodes de décompensation proprioceptive au travers de ses bulletins :o . Et là, il s’agit de l’observation de professeurs qui ne savent rien du traitement proprioceptif et pas de l’avis subjectif d’un parent… ;) . Du coup, j’ai décidé de partager avec vous ceux-ci tant je les trouve révélateur de l’équilibre proprioceptif de Marc !

*****

Quand Marc était en CE2, la maîtresse nous avait alertés sur les difficultés de Marc et notamment sur ses troubles attentionnels, voici un extrait du courrier qu’elle avait écrit pour l’équipe médicale qui avait pris en charge notre fils :

*

Marccncentration

*

Après deux années de rééducations diverses infructueuses, nous avons ensuite débuté un traitement proprioceptif. La première année de celui-ci fut assez chaotique, comme en témoigne mon journal du traitementLa deuxième année, nous avons réussi à stabiliser l’équilibre proprioceptif de Marc et nous avons observé une progression de ses résultats tout au long de l’année de 6°. Ses bulletins ne faisaient état d’aucun problème de concentration en classe, au contraire tous soulignaient son sérieux et sa motivation :

*

 bulletin 6° tri1

*

bulletin 6°tri2

*

Marc 6° 3tri

Et puis, l’année de 5° a été plus compliquée et Marc a connu deux grosses périodes de décompensation proprioceptive. Peu de temps avant les vacances de la Toussaint, il fait une chute qui m’alerte, puis vont suivre une multitude de symptômes qui confirmeront que le système est déréglé. Je rencontre la professeur d’anglais de Marc début décembre et celle-ci m’explique que Marc a commencé à être  plus agité en classe un peu avant les vacances de la Toussaint (tiens donc ! ;) ). Son bulletin sera révélateur de cet état de fait avec 6 remarques concernant son manque de concentration en classe, dont une sur l’avis du conseil de classe :

*

bulletin 5°001 (blancotté)

*

Nous rencontrons ensuite le Dr Quercia qui modifie la prescription des prismes devenus trop forts et Marc obtient de nouveau les encouragements au 2°trimestre, les remarques concernant la concentration en classe ont pratiquement disparu du bulletin , une meilleure attitude est soulignée, ainsi que des résultats en progrès et du sérieux :

*

capture bulletin 5° tri2

*

Malheureusement, le répit sera de courte durée et au troisième trimestre, Marc entre à nouveau dans une grosse période de décompensation due à des blocages ostéopathiques (croissance ?) et réapparaissent sur le bulletin les remarques concernant la concentration et le comportement, au nombre de 5, dont une sur l’avis du conseil de classe « il faut veiller à être plus concentré et cesser les bavardages » :

*

Bulletin 5° tri 3001 blog

*

Nous voici maintenant en 4°, le premier  trimestre se termine et ça se passe pas trop mal, Marc fonctionne plutôt bien et est encore en forme. Je constate que Marc est beaucoup plus volontaire et agréable pour travailler quand il ne décompense pas, il faut dire qu’il assimile tout beaucoup plus facilement ! Et il retrouve en ce début d’année les encouragements, plusieurs profs constatent même son sérieux en classe (4) et l’un d’eux souligne même son attention :o , enfin son sérieux est noté dans l’avis du conseil de classe (la seule chose que tous lui reprochent c’est son manque de participation en classe, pas facile quand on est timide et qu’on s’est construit avec des informations proprioceptives erronées) !

*

Bulletin 1tri 4eme (noirci)

*

Alors tout ceci est-il vraiment le fruit du hasard ? Ou y-a t’il un lien direct entre un bon équilibre proprioceptif et une meilleure attention en classe ?

Pour ma part, le vivant au quotidien, je suis convaincue du lien direct entre les deux ! :)

*

Photo issue du site L’avenir.net

Note * : Source :.

 

Impact d’une dysproprioception sur les apprentissages scolaires

*

Impact d'une dysproprioception sur les apprentissages scolaires dans Dys 2_skater

*

C’est la rentrée et, comme tous les ans, nous avons face à nous une nouvelle équipe pédagogique, les informations du PAI (devenu PAP), suivront ou ne suivront pas. Les professeurs n’en comprendront pas toujours l’intérêt, ni les raisons ; il faudra les rencontrer, tenter d’expliquer, au risque bien souvent de passer pour des parents surprotecteurs (ou des emmerdeurs ;) ).

On peut trouver de plus en plus facilement, sur le Net, des documents à fournir aux professeurs pour expliquer la dyslexie, la dyspraxie, le TDAH, etc. Mais, évidemment, rien sur la dysproprioception.

J’ai donc décidé de m’atteler à cette tâche en ce qui concerne les difficultés de Marc. J’ai souhaité partir du trouble proprioceptif de base, expliquer son impact sur le cerveau, ses conséquences sur les apprentissages et les mettre en rapport avec les adaptations pédagogiques préconisées pour Marc. J’ai tenté de réaliser un document qui soit à la fois le plus proche de sa réalité médico-scolaire, mais aussi facilement compréhensible par une personne n’ayant jamais entendu parler de proprioception. Du coup je suis forcément réductrice, le sujet est tellement vaste  et je ne me vois pas aborder les interférences entre l’appareil manducateur et les yeux ou encore entre la vision et l’audition… Je n’y aborde pas,  non plus, le deuxième « effet Kys cool » du SDP ,  à savoir son impact sur la posture ou sur la santé en générale :( , il y a déjà bien à faire avec les difficultés scolaires !

En conclusion, je partage avec vous mes fichiers Pdf et WORD, afin qu’ils puissent servir à d’autres enfants. Il faudra bien évidemment adapter ce courrier aux difficultés et aménagements propres à chacun.

*

Fichier PDF :  Lettre rentrée (Marc)

Fichier WORD (à compléter) : Lettre rentrée

*

Note 1 : Par « chance », mon loulou a développé les symptômes les plus facilement attribuables à un dysfonctionnement proprioceptif : troubles neurovisuels et sensorimoteurs. Chez lui, les troubles perceptifs auditifs sont les moins marqués et je ne les ai pas évoqués dans mon document. Néanmoins, on peut comprendre que si le cerveau a besoin de localiser correctement la source de l’information visuelle pour la traiter correctement, il en est de même pour l’information auditive.  S’il n’arrive pas à traiter de manière adéquate l’information auditive et si, de plus, l’information perceptive visuelle est défaillante, on imagine bien qu’il va être difficile à l’enfant d’associer graphènes et phonèmes et d’entrer dans la lecture …

Enfin, ce qui me paraît primordial de comprendre en premier lieu avec la proprioception, c’est que le cerveau ne peut fonctionner au maximum de ses capacités que si les informations venant de ses sens, et notamment de la proprioception, se recoupent. Sinon, le cerveau sera perpétuellement en état de vigilance, de « stress », pour vérifier les informations et assurer la survie : ne pas tomber, ne pas se cogner, etc…

L’exemple, le plus simple, pour décrire cet état est celui du lecteur assis près d’une fenêtre dans un train à l’arrêt. Le train est à l’arrêt ; les pieds, l’oreille interne et les yeux envoient l’information que le corps ne bouge pas, le lecteur peut se concentrer sur son livre. Tout à coup, le train sur la voie d’à côté se met lentement en mouvement ; la vision périphérique du voyageur (information proprioceptive) a capté le mouvement de manière inconsciente et envoie ce signal au cerveau, alors que les pieds et l’oreille interne continuent d’envoyer le signal de l’immobilité du corps. Le cerveau ne comprend plus la situation et  le lecteur va se sentir obligé de quitter son livre pour vérifier la véracité de ses informations.

Et bien, le cerveau d’un enfant souffrant d’un dysfonctionnement proprioceptif sera dans cet état de vigilance, en permanence. Dans ces conditions, comment le cerveau peut-il se concentrer sur des choses aussi dérisoires et aussi peu utiles à la survie que ce qu’essaie d’enseigner le professeur ?

Note 2 : image issue du site dysproprioception.

Manuels numériques pour enfants aux besoins spécifiques

Note : Je remonte l’article pour la rentrée .

Nous, parents d’enfants à « besoins spécifiques », sommes nombreux à bien connaître « le plaisir » de passer nos soirées à adapter les manuels de nos enfants pour leur en rendre la lecture plus facile ou leurs exercices plus accessibles.

Il fut un temps où nous retapions des pages ou des exercices du livre de l’école. L’année dernière, nous avons découvert le logiciel de reconnaissance ABBY Fine Reader qui est vite devenu indispensable pour nous . Plus de texte à retaper, il n’y avait plus qu’à scanner et adapter (et là, c’est mon mari qui s’y collait) !

Cette année, mon fils va avoir un ordinateur au collège et sur les conseils de son ergo qui m’avait suggéré de contacter les éditeurs de ses manuels, j’ai envoyé un mail à l’éditeur de son Woorbook d’anglais pour voir s’il en existe une version numérique. Malheureusement non ; par contre cet éditeur m’a informé que nous, parents « d’enfants à besoins spécifiques », mais aussi maintenant les autres parents, pouvons avoir accès à leurs manuels en version numérique  par le biais du site de KNE  (le Kiosque Numérique de l’Education)  pour certains éditeurs, pour un coût d’environ 7,50 € à l’année  (Clic) :

*

KNE

*

Les éditions Bordas proposent aussi ce service sur leur site, pour les livres de leur collection,  pour 5€ annuel (Clic) :

*

 manuel numérique Bordas

*

J’ai déjà commandé et reçu plusieurs manuels de mon fils. Ainsi, il les a sur son ordinateur et peut facilement agrandir les textes pour les lire ou travailler dessus. Il fait des captures d’écran des énoncés, du coup il n’a pas besoin de les recopier. De plus, ça lui évite de porter ses manuels scolaires sur le dos, alors qu’il a déjà le poids de son ordinateur dans son sac. Enfin, je trouve que c’est vraiment très pratique pour l’anglais, car il peut écouter sa leçon autant de fois qu’il le veut.

Je partage cette information au cas où ça puisse être utile à d’autres parents !

 

 

123456

Thérapie Asie |
Themassagetube |
Hubert90 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pharmanono
| Le blog de Jacques Le Houezec
| Sevragebenzo