Visualiser l’anglais

Avec nos enfants dys, sans surprise, nous retrouvons dans les langues étrangères les difficultés rencontrées en français. Le contraire eût trop beau !

Et chez mon fils, nous butons sur la construction grammaticale.

Alors bien évidemment , j’utilise toujours les couleurs et les symboles Montessori pour les classes grammaticales afin  de faire le lien avec le français ou faire visualiser la place de certains mots, comme les adverbes de fréquence dans la leçon ci-dessous :

*

exemple pour site

*

place adverbe en anglais

*

En ce qui concerne la construction de la phrase au présent simple,  j’ai  trouvé une approche visuelle très intéressante autour d’une petite histoire, proposée par Natacha Gousserey-Bénard, enseignante d’anglais au collège Robert Cellerier de Saint-Savinien (Cliquez sur l’ image pour voir son explication) :

*

Visualiser la phrase anglaise

**

Je pense que cette méthode, très visuelle, pour comprendre la construction de la  phrase anglaise va totalement convenir à mon loulou.

Vous pourrez trouver d’autres fiches de cette enseignante ici.

Quant à moi, j’ai repris son idée et préparé des fiches à plastifier sur la construction du présent simple, en réutilisant notre rond rouge Montessori pour le verbe conjugué, symbole que nous utilisons depuis le CE1. Voici les fiches récapitulatives pour la construction des phrases affirmatives, négatives et interrogatives :

*

construction présent simple

*

construction phrase négative

*

construction phrase interrogative

*

*

J’ai procédé de la même façon pour « BE » en ayant recours à notre gentil roi être et en utilisant un miroir qui montre « comment est » ou « qui est »  le sujet. Dans la grande parade de la phrase, le roi être qui est un roi auxiliaire n’a pas besoin d’âne et porte lui-même la négation. Et voici les fichiers à plastifier pour la formation des phrases affirmatives, négatives et interrogatives avec be  :

*

Construction schématique de be

**

consctruction schématique be au présent

*

construction phrase interrogative be

*

*

*



Anglais : Pronoms personnels sujets

Voici une carte mentale des pronoms personnels anglais avec le visuel que préfère mon fils (on garde ses anciennes images mentales pour faire le lien avec les pronoms en  français) :

*

pronoms personnels

*

Et voici un petit jeu auto-correctif sur les pronoms personnels sujets anglais :

*

fichier pdf Pronoms personnels anglais (jeu)

*

*

 

pp red

 




Archives pour la catégorie Collège 6°

Mon espace proche

Comme je l’ai dit précédemment, j’ai trouvé le concept des cahiers interactifs très intéressant et notamment dans le cadre de la géographie où la manipulation va peut être rendre plus concrète des cartes qui sont parfois difficilement lisible pour un enfant ayant des troubles du regard.

Mon loulou vient de terminer sa première leçon de géographie qui s’intitule : Mon espace proche, Paysage et territoire.

Le but de cette leçon étant d’apprendre à l’enfant à se situer dans son quartier, son pays et sur la planisphère.

Pour le premier chapitre « Se repérer dans son espace », j’ai utilisé le fichier « Lire une carte » de Lala (ici) et j’ai préparé un petit quiz sur la rose des vents avec un rébus en guise d’image mentale :

*

Lire une carte 2                                        Lire une carte

 *

Mon fichier du petit quiz Rose des vents avec rébus (à compléter à la main) :

*

fichier pdf Rose des vents

*

Pour le deuxième chapitre « Mon espace proche : La France », qui consiste à apprendre à repérer son département, sa région, les régions limitrophes, les pays frontaliers et les mers et océans, j’ai préparé le fichier suivant (qui concerne bien-sûr notre département de la Côte d’Or) :

*

blog le fRance

*

Voici donc mon fichier :

 

fichier pdf France et région

*

Enfin, pour le dernier chapitre « Mon espace proche : la planisphère », qui consiste à se repérer sur la planisphère, j’ai repris un fichier de la maman du petit roi (ici) et je l’ai complété avec les notions que mon fils a vues en classe :

*

Blog la planisfère

*

 Voici mon fichier :

fichier pdf Planisphère

Passer à l’ordinateur …

*

Marc frappe ordi 2 (blog)

*

Quand passer à l’ordinateur pour un dys ?

Voici une question qui ne fait pas l’unanimité et qui soulève bien d’autres questions quand on y est confronté. L’écriture permettrait d’apprendre, serait un premier travail vers la mémorisation, etc. Alors, ne plus écrire, est-ce bon pour l’enfant ?

Face à un enfant dysgraphique, on espère dans un premier temps que les rééducations lui permettront d’accomplir ce geste qui nous paraît somme toute si banal. Et puis le temps passe, il faut se rendre à l’évidence, même si l’écriture s’améliore un peu elle reste fatigante, non rentable pour l’enfant au niveau scolaire. Dans notre cas c’est le médecin scolaire, en découvrant les cahiers de Marc, qui a pris la décision du passage à l’ordinateur. Il ne fallait plus perdre de temps et former Marc à la frappe en clavier caché pour lui permettre d’être autonome au collège. Moment difficile où il faut renoncer à l’élève « normal », stylo à la main, pour admettre la réalité du handicap. Et puis, une foule de questions se posent : Comment ça va se passer ? Comment les profs vont-ils le prendre ? Comment gérer les contrôles ? Arrivera-t’il à suivre le rythme ? Comment vont le percevoir les autres enfants ? etc., etc.

Mais il fallait avancer et se lancer dans l’aventure. Cependant, notre fils ayant d’importantes capacités de compensation, il masquait en partie ses difficultés pendant les bilans paramédicaux qui se passent dans le calme et durant un temps relativement court. Le passage au clavier a donc été décidé dans le cadre du PAI sans pouvoir avoir recours à aucune aide de la MDPH (et pourtant, la médecin scolaire qui a jugé que face à  « l’ampleur de la dysgraphie de Marc » il fallait impérativement passer au clavier, est aussi une médecin référente de la MDPH). Nous avons dû fournir l’ordinateur portable et financer les séances d’ergothérapie. Autant vous dire qu’aider son enfant dys n’est donc pas à la portée de toutes les bourses …

Marc a donc été formé à la frappe en clavier caché de janvier à juin l’année dernière, date à laquelle il a pu emmener son ordinateur à l’école. Il a aussi été formé à l’utilisation de Géogébra pour la géométrie,  car il avait  d’importantes difficultés à construire ses figures en géométrie  à cause de ses troubles visio-spatiaux et de motricité fine. Enfin, son ergothérapeute lui a installé et l’a formé sur le ruban de Cabergo 74 qui lui permet de poser facilement ses opérations, écrire des équations mathématiques, insérer des tableaux de numération et conversion, des lignes graduées, etc

Aujourd’hui Marc est au collège, il prend l’intégralité de ses cours sur son ordinateur, frappe aussi vite (et même plus vite) que les autres élèves écrivent. Tout se passe bien avec ses profs qui lui fournissent une clé USB quand il y a un DS et avec les autres élèves qui ne trouvent pas anormal que deux de leurs camarades disposent d’un ordinateur en classe. Même si l’outil informatique ne gomme pas toutes les difficultés de Marc, loin s’en faut, il lui a changé la vie. Il peut maintenant prendre lui-même ses cours (où il est obligé d’être plus actif que lorsqu’on lui fournissait des photocopies), peut apprendre ses leçons sur des supports propres, presque sans fautes d’orthographes,  écrit dans la police de caractère qu’il préfère (Open dyslexic avec un interligne de 1.5) et a gagné une autonomie et une aisance en mathématiques incontestables.

Pour vous donner une idée du gain apporté par l’ordinateur, je vous joins quelques exemples de son travail. Dans un premier temps, voici un cours de SVT pris à la main car sa batterie était déchargée et qu’ il n’avait pas de possibilité de brancher son ordinateur en salle de SVT.  C’était en fin de journée, on voit l’écriture se dégrader très vite et j’ai souligné en rouge les nombreuses fautes d’orthographe  (Cliquez sur l’image pour bien voir):

*

Ecriture 6° (avec fautes)

**

Et maintenant, voici un cours d’anglais et un cours d’éducation civique pris sur l’ordinateur, je pense que la démonstration de l’utilité de l’ordinateur se passe de commentaire …

*

Anglais 6°

**

2ducation civique

*

Pour rappel, l’élaboration manuelle d’un tableau donnait ça l’année passée :

*

CM2 sans adaptation

*

Voici maintenant des exercices de numération élaborés avec son ruban mathématiques de Cabergo 74 :

*

Math 1 Math 2

*

L’année dernière, ce type d’exercice donnait ça :

*

math CM2004

*

Enfin, voici une construction de géométrie qu’il avait réalisé avec mon aide et avec beaucoup de mal l’an dernier, où l’on voit les nombreux coups de gomme, les traits qui manquent de précision, etc :

*

Construction géométrie

*

Et voici une figure réalisée sous Géogébra. Là encore, nul besoin de commentaire. …

*

Utilisation Géogébra

En conclusion, je peux dire que le passage à l’ordinateur a été pour Marc très positif. Il lui a demandé un effort important.  En effet, il s’est entraîné 15 minutes par jour, tous les jours pendant plusieurs mois, mais aujourd’hui la frappe est automatisée, les logiciels maîtrisés. J‘ajouterai que le passage au clavier, pour être réussi, ne s’improvise pas et demande d’avoir recours à un ergothérapeute. Il demande aussi une grande motivation de l’enfant et un soutien actif de ses parents. Dans notre cas, Marc avait l’écriture tellement en horreur, « ça lui faisait mal d’écrire », qu’il s’est lancé à fond dans l’aventure et nous étions là pour le remotiver les jours où  « il n’avait pas envie », « était fatigué ». Mais le résultat est là !

Pour compléter ce sujet, je vous invite à lire ce très bon article du Dr Pouhet et un autre article du site Dysmoi :

En *

Quand faut-il passer à l’ordinateur en cas de dysgraphie ? (Dr Pouhet)

Dyspraxie : Dysgraphie et passage au clavier

Carte mentale : Comprendre un récit

Toujours dans l’optique de découvrir la présentation qui convienne le mieux aux troubles du regard de mon fils, j’ai testé cet autre type de carte  mentale, assez linéaire, sur son cours de Français : « s’interroger pour comprendre un récit » :

 

Comprendre un texte

 

*

 

Carte mentale : Le collégien

Carte mentale du premier cours d’éducation civique de mon fils en 6° :  Le collégien

Elle est réalisée avec le logiciel Xmind qui est gratuit et sur lequel je forme mon fils pour le rendre par la suite autonome dans l’apprentissage de ses leçons.

*

Le collégien

*

 

*

Note : Vous pouvez aussi trouver une version standard de ce cours sur le site Kartable, en cliquant l’onglet : ECJS

1...34567

Thérapie Asie |
Themassagetube |
Hubert90 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pharmanono
| Le blog de Jacques Le Houezec
| Sevragebenzo