Principes du traitement proprioceptif chez le dyslexique et le dyspraxique.

*

Sans titre

*

Depuis que j’anime un petit groupe de parole sur le traitement proprioceptif des troubles des apprentissages ; je constate, malheureusement, que toutes les prises en charge proposées ne se valent pas et que certaines sont pour le moins surprenantes ! (La dernière en date : une prise en charge proprioceptive sans semelles proprioceptives, l’enfant n’ayant pas été dirigé vers un podologue :(   ).

Voici donc un texte du  Dr Quercia   (Chercheur associé – Unité INSERM U1093 Cognition Action et Plasticité Sensorimotrice) expliquant les grands principes du traitement proprioceptif des dys, tel qu’il le développe et tel qu’il est enseigné dans le cadre du DU du PATA de l’Université de Bourgogne.

Si le traitement de votre enfant ne suit pas ce schéma, vous pouvez vous questionner  …

 

 

 

La prise en charge proprioceptive est un acte médical coordonné. Aucun praticien ne peut travailler seul car une modification d’un seul capteur ne suffit jamais. Elle demande une participation active du patient et de la famille qui doit être soudée pour porter l’enfant.

Le traitement repose, après analyse détaillée de l’histoire du patient et lecture des différents bilans à disposition, sur l’utilisation raisonnée et personnalisée de :

- Prismes actifs de très faible puissance qui modifient la proprioception oculaire, inclus dans des montures dont la forme et la stabilité suit un cahier des charges très précis (dispo dans « section pro » de www.dyslexie.fr) ,

- Modifications de la perception orale (l’occlusion, élément mécanique, est au second plan) par des ALPH, qui sont des micro-élévations (500 à 800µ) de composite dentaire classique, posées à des endroits précis sur les incisives, en nombre toujours pair,

- Port d’orthèses plantaires de type « proprioceptif », caractérisées par de surélévations qui sont en règle d’une épaisseur inférieure à 3 mm, placées au niveau de zones qui dépendent du déséquilibre postural de l’enfant,

- Rééducation proprioceptive centrée sur le retour à une respiration physiologique afin de supprimer les phénomènes nocturnes apnéiques (responsables de troubles attentionnels, de faiblesse de la mémorisation et de fatigue chronique). Elle est associée à des postures ergonomiques pour le travail et le sommeil. Cette rééducation est auto-apprise et journalière,

L’efficacité du traitement s’évalue à partir de 4 niveaux de plus en plus délicats à obtenir :

- Régulation des lois du tonus, et secondairement de la posture,
– Normalisation du Maddox Postural (localisation spatiale visuelle stable quelle que soit les stimulations),
– Absence de pseudoscotomes visuels avec des sons mono fréquentiels,
– Absence de pseudoscotomes visuels avec des sons multi fréquentiels.

Ainsi, réguler la posture d’un dyslexique n’est qu’une première étape du traitement et ne doit pas satisfaire le thérapeute ou l’amener à supprimer une des stimulations quand la posture semble normale (podale par exemple).

La prise en charge doit suivre un arbre décisionnel précis (toutes les situations sont envisagées dans le dernier chapitre du livre « Oeil et Bouche » disponible sur amazon)

Le traitement proprioceptif doit être un préalable aux autres rééducations, notamment orthophoniques. Il s’agit de mettre l’enfant dans des conditions sensorielles qui lui permettront ensuite de profiter pleinement des rééducations et d’une pédagogie adaptée.

La surveillance clinique est programmée en fonction de l’évolution. Un « dys » qui progresse régulièrement à l’école, n’a plus de douleurs musculaires, plus de troubles du sommeil et de l’attention, nécessite une simple surveillance annuelle.

Il est essentiel d’éviter la surmédicalisation des patients par des prises en charge rééducatives multiples qui s’ajoutent à des journées d’école difficiles et des séances de devoirs interminables.

*

************

*

prismes 2

*

Note : Dans la vidéo suivante, il ne s’agit pas des prismes utilisés dans le traitement proprioceptif, qui sont des prismes de très faible puissance. Il y est question de la prise en charge prismatique de l’héminégligence. Mais je trouve cette vidéo intéressante, car elle explique bien le principe de l’adaptation prismatique et son application à la rééducation cognitive. Notamment, on voit comment les prismes modifient la perception de l’espace et comment le cerveau s’adapte, petit à petit, à cette nouvelle perception, en corrigeant  le mouvement (mauvaise perception de l’espace, qui n’est pas sans rappeler ce qu’on peut observer dans la dyspraxie Principes du traitement proprioceptif chez le dyslexique et le dyspraxique. dans Dys 1f609  ) :

*

Image de prévisualisation YouTube

*

 

Thérapie Asie |
Themassagetube |
Hubert90 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pharmanono
| Le blog de Jacques Le Houezec
| Sevragebenzo