Rôle de la proprioception dans le contrôle moteur

Voici une vidéo en français, de 20 minutes, qui explore ce sujet.

On y découvre  l’importance des muscles du cou, contrôlant l’orientation de la tête, dans le contrôle moteur. Le patient désafférenté qui a gardé la sensibilité des muscles du cou a pu réapprendre à marcher sous le contrôle de la vision, la patiente désafférentée qui a perdu sa sensibilité jusqu’à la bouche ne peut plus marcher, même avec le contrôle de la vision.

Et, Jacques Paillard (CNRS) nous  y apprend, notamment, que l’automatisme c’est le proprioceptif.

Or, on ne peut qu’être interpellés lorsque l’ on écoute son intervention à la  15’58  minutes de cette vidéo et qu’ on lit la définition de la dyspraxie :

La dyspraxie est un trouble du développement : il s’agit d’une anomalie de la planification et de l’automatisation des gestes volontaires. Le cerveau n’intègre pas correctement les séquences motrices qui permettent l’automatisation des gestes. A chaque fois que l’enfant effectue un geste, c’est un peu comme s’il l’apprenait pour la première fois.

Je me demande, de plus en plus, pourquoi il est si difficile pour le monde de la dyspraxie de faire le lien entre dyspraxie et proprioception !

*


Proprioception et controle moteur_patients… par fabsLab

 


2 commentaires

  1. Mamie Sylvia dit :

    Bonsoir,
    Je viens souvent faire un tour sur votre blog et je commence à regarder de plus près vos articles sur la proprioception . La phrase qui m’a interpelée aujourd’hui est celle-ci : « Je me demande, de plus en plus, pourquoi il est si difficile pour le monde de la dyspraxie de faire le lien entre dyspraxie et proprioception ! » Effectivement si automatisation = proprioception , il va falloir qu’on regarde ça de près ….. à très bientôt

  2. troublesneurovisuels dit :

    Bonjour,
    Quand on a compris comment fonctionne la proprioception, tout ça semble d’une telle évidence ! (C’est pourquoi j’ai décidé de partager mes recherches sur le sujet) Comment le cerveau pourrait-il automatiser un geste fin comme celui de l’écriture, alors qu’il ne connaît pas la position précise des doigts, du poignet, etc. dans l’espace, chez le sujet dysproprioceptif. Et la proprioception peut dysfonctionner comme la vue ou l’ouïe… Si vous décidez de regarder ça de près, n’hésitez pas à me contacter, il faut voir des gens formés à la correction de la dysperception proprioceptive, dans le cadre des troubles des apprentissages. C’est un « réglage » beaucoup plus précis que la posturologie « classique ». Bonne réflexion sur le sujet !

Répondre

Thérapie Asie |
Themassagetube |
Hubert90 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pharmanono
| Le blog de Jacques Le Houezec
| Sevragebenzo