Dyslexie, Vision et Proprioception

La récente découverte publiée en octobre 2017 d’une symétrie anormale des rétines chez les dyslexiques (Le Floch et Ropars – Université de Rennes) permet de comprendre pourquoi les dyslexiques ont une dysfonction proprioceptive et pourquoi on peut les améliorer en traitant ce trouble qui entraîne des perturbations des relations entre perception auditive et visuelle.

 

*

Image de prévisualisation YouTube

*



Du percept sensoriel à l’action

*

Proprioception skate

*

J’ai troucet article de Sciences et Avenir, datant de 2015, très intéressant. Il se situe au cœur de notre système proprioceptif et postural. Il relate les résultats d’une étude portant sur le rôle des neurones RORα de la moelle épinière dans la régulation du mouvement. Cette étude inaugure une nouvelle phase des neurosciences qui promet de fournir des explications précises et complètes sur la façon dont le système nerveux code et intègre l’information sensorielle pour générer à la fois un mouvement conscient et inconscient.

*

« Comment le cerveau crée un percept sensoriel et le transforme en une action est l’une des questions centrales de la neuroscience«  

*

Extrait :

 

EQUILIBRE. Plusieurs organes et processus physiologiques participent au contrôle postural et au maintien de l’équilibre chez l’homme. Le principal est le système vestibulaire contenu dans l’oreille interne mais la vision et les mécanorécepteurs situés sur les muscles, tendons et articulations sont également sollicités. Une nouvelle découverte, publiée dans la revue Cell, suggère qu’un groupe de neurones siégeant la moelle épinière est responsable des ajustements fins qui permettent de tenir debout y compris sur sols glissants.

1.Un lien entre le cerveau et les pied

« Quand nous nous tenons debout et marchons, des capteurs sensitifs sous la plante des pieds détectent les changements subtils de pressions et le mouvement. Ces capteurs envoient des signaux à la moelle épinière puis au cerveau » explique Martyn Goulding, de l’Institut Salk pour les études biologiques. « Notre étude ouvre une boite noire car jusqu’à présent nous ne savions pas comment ces signaux étaient codés ou transformés dans la moelle épinière. En outre on comprenait mal comment cette information tactile était fusionnée avec d’autres informations sensorielles pour contrôler le mouvement et la posture«  précise-t-il.

*

L’intégralité de l’article est à lire ici : Un mini-cerveau dans la moelle épinière veille à notre équilibre

*

Je vous avoue qu’après la lecture de ce genre d’article, je suis de plus en plus surprise de voir que des chercheurs, qui étudient  la dyspraxie (ou TAC) en France, ne voient dans celle-ci que ce type de schéma où la proprioception et ses capteurs sensoriels sont complètement absents des organes des sens servant  à mettre en jeu nos réponses motrices:

*

mouvement TAC

*

Alors que d’autres personnes s’intéressant au mouvement nous présentent  ce type de schéma :

*

Traitement+--+central+Mouvement+Récepteurs+Articulaires+Muscles

*

Alors, quid de la proprioception dans la dyspraxie ? ;)

*

Proprioception+Définitions

*

Note : Le premier schéma est issu du document « Le cerveau de l’apprenant » du Dr Pouhet(p28,29). Les deux diapos sont issues du diaporama d’un cours de François Rouxel portant sur La posture et l’équilibration.



Derniers commentaires

Articles récents

Dys, maux de ventre et proprioception

*

Tidys mal au ventre

*

Au royaume des dys, les troubles cognitifs viennent rarement seuls. Sur mon groupe consacré au traitement proprioceptif, quelques enfants dysproprioceptifs souffraient de maux de ventre violents allant, pour certains, jusqu’aux vomissements et ces enfants retrouvent ces symptômes à chaque fois que leur proprioception se dérègle. A première vue, il n’est pas facile de faire le lien entre une dyslexie ou une dyspraxie et des maux de ventre.

Dans le questionnaire d’orientation du Dr Quercia, deux questions concernent ce point :

  • Douleurs inexpliquées dans le ventre
  • Avoir envie de vomir en voiture (ce que l’on appelle « le mal des transports)

Il évoque d’ailleurs le mal des transports dans cette conférence à 3min14′sec :

*

Image de prévisualisation YouTube

*

On retrouve  ces difficultés dans le petit livret « Les fabuleuses aventures de Tidys »,  en image :

*

Tidys maux de ventre

*

J’avoue m’être longtemps demandé quel pouvait être le lien entre les troubles dys et les maux de ventre. On peut, bien sûr, avancer une cause psychologique, comme ici dans le livre de Béatrice Sauvageot « Adieu la dyslexie ! »:

*

Béatrice Sauvageot mal de ventre

*

Mais, dans le monde des dys, l’explication psychologique est toujours la plus facile à trouver, alors que là aussi, la vérité est peut-être ailleurs. C’est en étudiant de plus près la proprioception et notamment son rôle dans le mal de mer que j’ai fini par comprendre pourquoi les enfants dysproprioceptifs peuvent avoir des maux de ventre violents, jusqu’à en vomir. Le site du Docteur Loïs BONNE, médecin ORL à Brest m’a permis de comprendre définitivement ce point.

Je le cite, extrait de Pourquoi le mal de mer ?  et Les manifestations:

Dans l’équilibre trois informations sont importantes :

  • L’information visuelle émanant de la rétine périphérique. Celle-ci permet de situer un objet dans son environnement
  • L’oreille interne avec le vestibule qui est un accéléromètre et nous renseigne sur les variations de vitesses.
  • La sensibilité profonde ou proprioception qui nous permet de percevoir les mouvements du sol à partir, notamment, des récepteurs sensitifs des voutes plantaires.

*

Dys, maux de ventre et proprioception dans Dys 5-1

*

*

Ces trois informations cheminent jusqu’au cerveau. Il faut qu’elles aient une certaine cohérence pour que le cerveau commande aux muscles un tonus ou un déplacement. C’est tout l’apprentissage de l’enfant qui apprend à marcher.

Dans un véhicule en mouvement, un conflit apparait entre ces informations.

Le conflit majeur est celui rencontré en mer avec des mouvements de houle particulièrement complexes qui sont à l’origine d’une stimulation vestibulaire en contradiction avec les informations visuelles et proprioceptives

L’ensemble de ces informations neurosensorielles sont transmises au cerveau et le conflit naîtra d’un décalage entre les informations perçues et celles intégrées à l’occasion d’expériences antérieures. Au bout de 48h, soit une solution est trouvée : c’est l’amarinage. Soit elle ne l’est pas et le mal de mer s’installe.

Ce conflit sensoriel non maîtrisé aboutit à un tableau de type intoxication par hyperstimulation vestibulaire avec des manifestations neurovégétatives dont la phase ultime sera les vomissements.

*

L’explication est donc là, évidente. En cas de dysproprioception, nos enfants vivent de « mini » conflits sensoriels permanents et le cerveau peut réagir en provoquant des maux de ventre. On peut d’ailleurs noter, dans l’article du Dr Bonne, toute l’importance des récepteurs sensitifs de la voute plantaire pour le bon fonctionnement de cet équilibre et comprendre ainsi l’importance capitale du port de semelles proprioceptives (mais aussi des prismes, puisque ceux-ci règlent la proprioception de la rétine périphérique). Traitons la dysproprioception de nos enfants et nous les soulagerons ainsi de nombreux maux ! :)

*

Note : Les images de Tidys proviennent du livret « Les fabuleuses aventures de Tidys » auquel ont collaboré Mmes Zamanski et Huver qui m’ont donné l’autorisation d’utiliser leur personnage. L’image des sens impliqués dans la gestion de l’équilibre provient du site du Dr Bonne.

 


Dyslexie et traitement proprioceptif

*

Dyslexie et traitement proprioceptif dans Dys af5222ab79d0fe68b87e773239699655

*

En fait, je ne parle pour ainsi dire jamais ici de dyslexie, qui est l’indication « cognitive originelle » du traitement proprioceptif, car mon loulou n’était pas dyslexique. Ses nombreux symptômes (, et )  faisaient plutôt penser à une DVS, même si d’importantes capacités de compensation lui permettaient de fausser les bilans. Cependant, aujourd’hui, après 4 ans de traitement proprioceptif, ses difficultés de stratégie visuelle semble en grande partie résolues :) . Comme beaucoup de gens se posent des questions sur le traitement proprioceptif, surtout après lecture de certaines critiques virulentes  sur le Net (Où il peut être décrit comme un traitement « fantaisiste » / Depuis quand l’INSERM, organisme officiel, a t’il dans ses murs des chercheurs associés qui développent des traitements « fantaisistes » ?), j’avais décidé de partager un journal de son traitement proprioceptif. Je sais, j’ai un peu de retard en ce moment, mais quand ça roule plutôt pas mal, à part la bonne vieille crise d’adolescence classique, il n’y a pas grand chose à dire … ;)

Il se trouve qu’une jeune femme dyslexique en fait de même, mais en vidéo. Du coup, je vais les partager sur ce post que je remonterai à chaque fois qu’elle en ajoutera une, la vidéo étant un support plus vivant. Il s’agit bien sûr de son témoignage, de son parcours, de sa manière de vivre et de voir les choses ;) :

*

Proprioception : guérir de la dyslexie ?

*

Image de prévisualisation YouTube

*

Des lunettes sur la dyslexie ?

*

Image de prévisualisation YouTube

*

Petit défi personnel avec lecture à voix haute d’un livre :

*

Image de prévisualisation YouTube

*


Langage oral, langage écrit et interactions sensorimotrices.

 *

con pata

*

Nous avons le plaisir de vous inviter à notre 10ième journée de formation continue sur Neurosciences et Apprentissages à l’Université de Bourgogne sur le thème :

Langage oral, langage écrit et interactions sensorimotrices.

le jeudi 7 Décembre 2017 de 9H à 17H30.

Les caractéristiques des enfants multidys confirment qu’il existe un lien étroit entre les langages parlés, entendus et écrits. En effet, l’élaboration du langage oral n’est pas seulement due à la capture sensorielle de sons ayant un sens linguistique mais dépend aussi d’un versant moteur correspondant à un ensemble de gestes articulatoires. Elle nécessite aussi un filtrage et une sélection des sons que l’ambiance sonore peut perturber, notamment chez l’enfant dyslexique. Et tout devient encore plus complexe quand la parole du locuteur passe par la fascination d’un écran, allant jusqu’à créer une nouvelle pathologie nommée « autisme virtuel ». C’est autour de ces sujets permettant d’aborder les troubles des apprentissages sous un aspect novateur et établissant des liens forts entre perception, action et troubles des apprentissages que s’organise le programme de cette 10ème journée de conférences en neurosciences.

 [...]

L’entrée est libre. Cependant, en raison du nombre limité de places, merci de vous inscrire avant le 30 novembre 2017 par un simple mail à Conf-DU-PATA@sfr.fr en précisant si vous venez seul(e) ou accompagné(e).

*

Le programme de la journée (Clic sur l’image) :

*

conf du pata

*


Vision, posture et proprioception

*

virgin-tonic-fermer-yeux-aide-souvenir-choses

*

Après la découverte chez les dyslexiques, par deux chercheurs français, d’une anomalie anatomique de l’œil perturbant le bon fonctionnement de la vision binoculaire, je me suis souvenue d’un article qui abordait l’importance du rôle des yeux dans la posture (et donc la proprioception). J’avais déjà partagé un article de ce blog tenu par un kinésithérapeute passionné par la proprioception, qui portait sur les mouvements réalisés par le fœtus in utéro pour commencer à tester sa sensibilité musculaire profonde, sa proprioception. Quand on s’attarde sur son blog, on y voit qu’il développe principalement l’idée que pour bien grandir et bien vieillir, il faut préserver, entraîner, développer sa proprioception :

 « Si tu améliores ton équilibre, tu n’es pas sûr de rester jeune, si tu ne l’entretiens pas, tu vieilliras avant les autres », Pierre LEROY.

Et voilà, la messe est dite pour les dysproprioceptifs, vous allez vieillir plus vite que les autres !

A moins que … vous ne décidiez d’entreprendre un traitement proprioceptif pour « reprogrammer » votre proprioception. :)

Et vous pouvez, aussi : FERMEZ LES YEUX ! (surtout si les repères donnés par vos yeux sont biaisés ;) ) :

 

Soyez non-voyant de temps en temps, les yeux ne sont pas indispensables.
Obligés d’éduquer leurs muscles posturaux, « Les non-voyants congénitaux ne développent pas de scoliose, pourquoi ? Est-ce que parce que leur suppléance vestibulaire et proprioceptive sont particulièrement développées ? » se demande Pierre TRUCHI.
Les yeux fermés, pour garder l’équilibre, vous sollicitez les muscles qui verrouillent la colonne et cadenassent les articulations. Les plus profonds sont les plus utiles.
Les repères horizontaux et verticaux donnés par les yeux n’étant plus là, les récepteurs périphériques du pied et de l’oreille interne sont condamnés aux travaux forcés. Les yeux fermés, l’équilibre dépend alors de la vitesse à laquelle circulent les informations venues du pied et du cou.
De façon réflexe, les informations montent et redescendent à la vitesse de l’influx nerveux. Si vous perdez l’équilibre, toutes les lampes du cervelet s’allument pour un maximum de lumière…les Champs Elysées un soir de Noël. Le but ? Conserver un centre de gravité stable.

« Entre l0 et 12 mois, le champ de vision d’un enfant s’effondre pour accorder une extrême priorité aux premiers pas » (JAOUEN). Le rôle le l’œil diminue quand celui de la voûte plantaire augmente.
Des chercheurs ont mesuré cet angle de vue. Il se réduit à l’âge où, se verticalisant, l’enfant ose s’aventurer pour effectuer ses premiers pas. Cet angle de vision retrouvera sa largeur initiale une fois la marche acquise. Pendant ce rétrécissement du champ de vision, le pied et l’oreille interne deviennent prépondérants. [...]
Les yeux fermés, vous réagirez vite et mieux au moindre déséquilibre. Un meilleur schéma corporel se met en place. Votre corps se concentre sur les informations pertinentes sensorielles venues de l’oreille ou sensitives venues du pied.

[...]

Trop de proprioceptivité ne crée pas de problème. Elle nous érige droit, sans scoliose. Elle diminue les risques de mal de dos et retarde les tassements vertébraux du 3ème âge car les muscles posturaux ont de la mémoire! Il est tout à fait possible d’obtenir des corrections posturales réflexes avec des appareils simples; à commencer par marcher avec les yeux mi-clos.

Multiplions les légers déséquilibres pour stimuler les réponses réflexes.
Un tiers du cervelet est prévu pour régler ces problèmes : « l’archéocerebellum »
Retenir son nom est futile. Le stimuler est utile. (Les aveugles le savent-ils ?)

L’article dans son intégralité : FERMEZ LES YEUX !

Articles plus anciens

Danse, musique, cerveau, proprioception et dyslexie

Le rôle de la proprioception dans la performance sportive

Un petit miracle ?

Proprioception, posture, oculomotricité et mouvement, en 3D

Thérapie Asie |
Themassagetube |
Hubert90 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pharmanono
| Le blog de Jacques Le Houezec
| Sevragebenzo